Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Accueil > Nous découvrir > Homélies dominicales > Homélies de l’année C - 2009/2010 > 2e Dimanche de Pâques - Père Pierre-Marie

2e Dimanche de Pâques - Père Pierre-Marie

L’incrédulité de saint Thomas, Le Guerchin (1621) - Vatican

Imprimer
13 avril 2010
1 2 3 4 5
réagir


Homélie du Père Pierre-Marie




  • Livre des Actes des Apôtres 5,12-16.
  • Psaume 118(117),2-4.22-24.25-27.
  • Livre de l’Apocalypse 1,9-11.12-13.17-19.
  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,19-31.

C’était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine. Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs.
Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : «  Recevez l’Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus.  »
Or, l’un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. _ Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas mis par écrit dans ce livre.
Mais ceux-là y ont été mis afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et afin que, par votre foi, vous ayez la vie en son nom.

Jésus Ressuscité

+ Répondre à cet article

1 réaction


23 septembre 2010 15:41, par louis motte

« heureux celui qui croit sans avoir vu » est ce que c’est pas la vue qui nous empêche de croire ? Si vous prenez le temps de consulter votre petit Larousse (le mien de 2009 page 711) au mot onde, vous voyez un tableau qui fait la moitié de la page et où en son milieu il est indiqué ce que l’homme voit de l’ensemble. C’est une échelle logarithmique : avec mon fils Nicolas (qui a campé avec vous) qui fait maths sup, on a calculé que l’homme voit un cent milliardième de milliard du total. Et encore sans compter les rayons gamma qui vous liquéfient si vous vous en approchez, façon Indiana Jones dans le film à la recherche de l’arche perdue. si à cela vous ajoutez que les ondes que vous percevez vont s’imprimer au fond de l’œil à l’envers (comme le fait l’image dans un appareil photo) et que donc votre cerveau les remet à l’endroit à votre insu et qu’à l’endroit d’où part le nerf optique, il n’y a pas de cellules optiques ( ce qui fait que le cerveau comble les trous à nouveau à votre insu) et que pour finir la S Essilor qui fabrique des verres de lunettes vient de s’apercevoir que la connexion par le nerf optique et le cerveau n’est pas la même pour l’indien que pour le chinois, on peut vraiment dire que le Christ a raison (comment pouvait-il le savoir ?) : heureux celui qui croit sans avoir vu, car c’est voir qui vous fout dedans. et quand on songe que la S Essilor indique (c’est de bonne guerre) dans ses pubs que 80% des informations que nous percevons passent par l’œil… tout cela laisse rêveur. bien à vous. L.MOTTE-

- repondre message