Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Accueil > Nous découvrir > Homélies dominicales > Homélies de l’année A - 2010/2011 > Appelés à vivre la grandeur de la vie chrétienne

Appelés à vivre la grandeur de la vie chrétienne

5e dimanche de Pâques - Année A

Imprimer
123452 vote(s)
réagir


Écouter l’homélie :




* * * *

Pourquoi les gens sont-ils si fascinés par les destinées féériques ou les scandales dont les médias nous emplissent l’esprit ?

Peut-être à cause du destin, le chemin parcouru : nous nous identifions au sort de ces gens-là…

Mais réfléchissons sur notre destin comme chrétien.

C’est là pour nous l’occasion de réfléchir sur notre grand destin : chacun, nous sommes appelé à la sainteté… Nous sommes appelés à vivre la grandeur de la vie chrétienne.
Il a ceux qui ont une vocation spécifique.
Mais le sacerdoce et la vie religieuse ont pour ambition de vivre la vocation chrétienne ordinaire d’une manière plus manifeste. C’est la baptême qui est la base, le ministère ordonné est au service du sacerdoce commun.
Nous sommes appelés chacun à un destin extraordinaire. L’apôtre saint Pierre nous dit :

Mais vous, vous êtes la race choisie, le sacerdoce royal, la nation sainte, le peuple qui appartient à Dieu ; vous êtes donc chargés d’annoncer les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière."

Telle est notre vocation. Et là, l’apôtre saint Pierre s’adresse simplement à chacun de nous, les « fidèles de base ».

Comment correspondre à cet appel ?
En nous appuyant sur le Christ.
En écoutant les paroles du Christ Lui-même qui dit être le Chemin, la Vérité, la Vie. Est-Il cela pour moi ?

Dans notre civilisation de l’immédiateté, du zapping… Notre attachement au Christ doit être le fondement de tout. Il doit être « Mon Dieu et mon Tout » comme le dit saint François. Jésus nous le dit : « Hors moi, vous ne pouvez rien faire. »

Il s’agit de vivre d’une foi vive : c’est prier, prier en tout temps, chaque jour. Confronter ma vie à ce que Jésus manifeste et enseigne. Cette foi s’illustre dans l’espérance : recevoir tout événement guidé par la main de Dieu. La providence du Seigneur nous guide à chaque instant.

Cette foi et cette espérance se manifestent par l’amour : par les actes où je cherche vraiment le bien de mon frère, pas le mien propre.

Ainsi, correspondre à notre grande vocation chrétienne, c’est vivre de foi, d’espérance et de charité.
Et puis offrir notre vie, présenter à Dieu des offrandes spirituelles qu’Il pourra accepter à cause de Jésus. Nous avons tous cette vocation sacerdotale.
Offrir ma vie, ce que j’ai famille, amis, ce que je suis. Cette réalité, nous la vivons de manière particulière dans l’Eucharistie, plus particulièrement celle de la messe du dimanche (minimum syndical pour le chrétien). Nous sommes alors spécialement invités à nous offrir au moment de l’offertoire, lorsque le prêtre présente le pain et le vin. Chacun nous sommes invités à offrir notre vie, offrir ce que nous sommes.

Demandons à la Vierge Marie de nous aider à correspondre à ce que Dieu veut pour chacun de nous pour devenir les saints dont le monde a besoin.
Amen

Références des textes du jour :

- Livre des Actes des Apôtres 6,1-7.

- Psaume 33(32),1.2b-3a.4-5.18-19.

- Première lettre de saint Pierre Apôtre 2,4-9.

- Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 14,1-12.

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m’en vais, vous savez le chemin. »
Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. »
Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »
Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : ’Montre-nous le Père’ ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; mais c’est le Père qui demeure en moi, et qui accomplit ses propres œuvres. Croyez ce que je vous dis : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des œuvres. Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père.

+ Répondre à cet article