Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Accueil > Nous découvrir > Homélies dominicales > Homélies de l’année C - 2009/2010 > Christ Roi : quand l’amour a le dernier mot

Christ Roi : quand l’amour a le dernier mot

Homélie du Père Pierre-Marie

Imprimer
Écrire à l'auteur Père Pierre-Marie 23 novembre 2010
123451 vote(s)
réagir


(Solennité du Christ-Roi)

Homélie du Père Pierre-Marie




Les lectures nous invitent à méditer la réalité de la royauté du Christ. Elle n’est pas une royauté à la manière du monde.
L’évangile choisi est l’évangile de la Passion du Christ, c’est elle qui est proposée à notre méditation, alors qu’on aurait pu s’attendre à entendre un passage dans lequel on voit Jésus glorieux. Eh bien non.
La royauté du Christ, c’est dire que tout est dans la main de Dieu, et qu’aucune des circonstances de notre vie n’est éloignée de l’amour de Dieu.
Le Christ, par sa Passion, vient habiter toutes les circonstances de notre vie, même les plus éloignées de Lui.
Cette royauté vient de la fragilité, elle prend sa source dans la vulnérabilité, et par rapport à cela il nous faut nous prononcer, comme le fit le Bon Larron.
C’est dans une attitude de profonde confiance que le Seigneur veut nous inviter à marcher : nous avons nous aussi des situations difficiles à vivre, des situations de souffrance.
Qu’il est bon d’entendre Saint Paul nous dire :

Tout est créé par Lui, tout subsiste en Lui, il n’y a rien qui échappe à l’Amour de Dieu"

Et ceci n’est pas une évidence. Là est la Bonne Nouvelle du christianisme : le Seigneur est au cœur de chaque circonstance de notre vie. Le Seigneur veut régner à travers ces circonstances douloureuses, difficiles, de notre vie. Et ceci afin de pouvoir nous emmener plus loin dans l’Amour et dans la contemplation de sa Passion et de sa victoire.
Nous voulons redire cette confiance au Seigneur : notre vie qui nous apparaît parfois absurde, n’est-elle pas plutôt un mystère ? Puisque tout a été créé en Lui.

Chaque fois que nous rentrons dans une dimension de la Passion du Christ, c’est quelque chose de la Bonne Nouvelle qui nous est annoncé. C’est le Christ comme Bon Pasteur qui donne sa vie pour ses brebis, qui ne regarde pas à la dépense, qui fait preuve de grandeur d’âme pour pouvoir aller jusqu’au bout du Salut.

Le Père Pierre-Marie nous propose de demander au Seigneur cette force et ce courage qui habitent le cœur du Seigneur. Que, pour chacun d’entre nous, Il nous donne cette espérance de découvrir que l’Amour de Dieu aura le dernier mot dans notre vie et dans le monde.

* * * * * * * * * *

* * * * * * * * * *

Lectures du jour

- Deuxième livre de Samuel 5,1-3.

- Psaume 122(121),1-7.

- Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,12-20.

- Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 23,35-43.

On venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à regarder.
Les chefs ricanaient en disant : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! » Les soldats aussi se moquaient de lui. S’approchant pour lui donner de la boisson vinaigrée, ils lui disaient : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! » Une inscription était placée au-dessus de sa tête : « Celui-ci est le roi des Juifs. » L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu n’as donc aucune crainte de Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. » Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne. »
Jésus lui répondit : « Amen, je te le déclare : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

+ Répondre à cet article