Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Accueil > Nous découvrir > Homélies dominicales > Homélies de l’année B - 2011/2012 > Coeur Immaculé de Marie, Refuge des pécheurs

Coeur Immaculé de Marie, Refuge des pécheurs

Homélie de la fête du Coeur Immaculé de Marie, Refuge des pécheurs - 22 janvier 2012

Imprimer
123453 vote(s)
réagir


Écouter l’homélie :




Chers frères et sœurs,

Depuis dimanche dernier, nous nous préparons à la célébration de cette messe par une petite neuvaine pour entrer dans cette Fête du Cœur Immaculé de Marie, refuge des pécheurs.

La semaine dernière, je rappelais que cette fête tient son origine d’une intuition spirituelle reçue par le curé de Notre-Dame des Victoires pendant la messe :

« Consacre ta paroisse au Cœur Immaculé de Marie. ».

Tout de suite, de grand, de gros pécheurs sont venus dans cette église. Donc, comme je l’expliquais la semaine dernière, il faut prier pour la conversion des grands pécheurs. .

Qu’est-ce qu’un grand pécheur ?

L’un d’entre vous m’a demandé à la sortie de la messe : « Mais, qu’est-ce qu’un grand pécheur ? ». Je me suis alors posé la question tout au long de la semaine ; est-ce que c’est un voleur de grand chemin, est-ce un proxénète, est-ce que c’est un mafieux, un drogué ?
Je ne pense pas que ce soit cela. En fait, dans l’Évangile, les amis de Jésus sont « les publicains, les prostituées qui nous précèdent dans le Royaume de Dieu ». Pourquoi ? parce qu’ils ne se racontent pas d’histoires : ils savent bien qu’ils sont dans le mal, et qu’ils ne pourront pas s’en sortir seuls.

Au contraire, un grand pécheur est une personne qui s’obstine dans le mal, comme ceux qui s’endurcissent. Dans l’Évangile, on a un archétype du grand pécheur : c’est le Pharisien. Sa vie est si bien ordonnée, y compris selon les commandements de Dieu, qu’il n’a pas besoin de Dieu !

N’y a-t-il pas toujours un « petit Pharisien » qui sommeille en nous ?
Cela nous concerne évidemment en premier chef…

Le grand pécheur, c’est celui qui s’enferme dans ses idées, celui, au contraire, qui est indifférent, pour qui Dieu est une hypothèse superflue… ce grand pécheur, ce peut être moi !

Et de cela, il découle que le Cœur Immaculé de Marie, refuge des pécheurs, nous rappelle le message central de l’Évangile :

Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle

Nous faisons partie de ces grands pécheurs qui ont besoin de Salut. Le moyen qui a été donné à l’Abbé des Genettes, curé de Notre-Dame des Victoires, c’est de consacrer sa paroisse au Cœur Immaculé de Marie, refuge des pécheurs. Pour nous aussi, le moyen de nous convertir, le moyen de persévérer, c’est de nous tourner vers la Vierge Marie. Pourquoi ? parce qu’en Marie, le Royaume est déjà réalisé. Elle a dit « Oui » au Seigneur le jour de l’Annonciation, elle a effectué son pèlerinage de la Foi, comme dit le concile, sa vie n’a pas été exempte d’épreuves, au contraire, elle a persévéré dans la nuit de la Foi, au pied de la Croix. Elle a persévéré jusqu’au bout. C’est pourquoi elle est glorifiée. Elle est glorifiée parce qu’elle est la mère de Jésus, parce qu’elle est devenue notre mère en persévérant dans la Foi, par sa compassion.

En Marie, le Royaume est déjà réalisé

Contempler Marie est pour nous une source d’Espérance. Cela veut dire que c’est possible, et c’est notre destin. Notre destin est de rejoindre Marie dans la Gloire, de faire partie de ce Royaume dont on peut dire : il est déjà là, au milieu de nous.

Est-ce plus facile pour Elle qui a le privilège, qui a l’Immaculée Conception ? Rappelons-nous de ce que dit Saint-Paul :

Avant que le Monde fût créé, Dieu nous a choisis pour être saints et irréprochables dans son Amour.

Il dit cela de tous les baptisés. Chacun d’entre nous sommes appelés à être saint et irréprochable dans son Amour.

En Marie, nous contemplons Royaume qui est déjà réalisé, et qui est source d’Espérance pour aujourd’hui. Par le baptême, nous touchons déjà ce monde futur.

Alors, pour que ce Royaume s’étende, en nous et autour de nous, je vous propose tout simplement dans cette messe de regarder mes limites, ce que je ne veux pas voir habituellement ; cela peut être une brisure dans ma vie, une séparation, un abandon, une trahison, ce peut être un péché récurrent, un refus de pardonner, ou un attachement démesuré à un bien, à des personnes, à mes propres idées, ou un manque de courage. Cela peut être tout cela ensemble. Souvent, nous ne voulons pas voir notre mal. Regardons donc notre péché, le regarder dans la Lumière, c’est à dire dans la Miséricorde de Dieu : nous pas pour déprimer, se culpabiliser, mais sûrs que le Seigneur nous pardonne. Remettre tous ses péchés, toutes ses limites, dans la confiance, entre les mains, par l’intercession de la Vierge Marie.

A tout péché : Miséricorde !

Pensons à l’exemple de Saint Pierre : il a trahi le Seigneur, mais il fait l’expérience dans le regard de Jésus, de cette Miséricorde qui s’offre à lui.

Pensons à ce mot de la Petite Thérèse : « La Sainteté, ce n’est pas d’être parfait, mais de toujours se relever. »

Donc, regardons notre péché, mettons-le dans la Lumière, accueillons la Miséricorde, et faisons cette prière :

Seigneur, accueille moi au Ciel, avec tous ceux qui s’éloignent loin du Seigneur

Amen

Références des lectures du jour :

  • Livre de la Sagesse 11, 23 - 12, 2.
  • Psaume 1 Sam 2.
  • Première lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 5,12. 17 à 19.
  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 1, 18-25.

Voici quelle fut l’origine de Jésus-Christ : Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph.

Or, avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit-Saint.

Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement. Il décida de la répudier en secret.

Il avait formé ce projet lorsque l’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie ton épouse. L’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit-Saint. Elle mettra au monde un fils auquel tu donnera le nom de Jésus, c’est à dire, « Le Seigneur sauve ». Car, c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.

Tout cela arriva pour que s’accomplit la parole du Seigneur prononcée par le prophète : « Voici que la vierge concevra et elle mettra au monde un fils auquel on donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu avec nous ».

Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

En savoir plus

+ Répondre à cet article