Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Dieu veut se donner Lui-même à nous !

Homélie du deuxième dimanche de l’Avent - Année C

Imprimer
Écrire à l'auteur Serviteurs de Jésus et de Marie 11 décembre 2012
123458 vote(s)
réagir


Homélie du deuxième dimanche de l’Avent - Année C

Écouter l’homélie :




Frères et sœurs, nous sommes à présent bien rentrés dans le temps de l’Avent, dans ce temps d’attente qui précède les fêtes de Noël. : le froid s’est installé, les magasins commencent à s’achalander, nous sommes dans les préparatifs. Mais, si nous sommes réunis ici, c’est pour préparer nos cœurs, pour préparer les chemins du Seigneur, pour nous mettre dans une attitude de véritable espérance.

Quelles sont mes attentes en ce temps de l’Avent ?

Pour explorer cette Espérance, on peut sans doutes se poser la question : « quelles sont mes attentes, qu’est-ce que je recherche ? qu’est-ce qui me fait du souci ? qu’est-ce qui emplit mon cœur ? … quelles sont mes attentes ? ». Ce sont peut-être des choses matérielles - les préparatifs de la maison - une fête à organiser. Ce peut-être quelque chose de plus douloureux, comme une réconciliation que j’attends, ou un retour. Cela peut aussi concerner un enfant, une fécondité que je recherche. Cela peut aussi porter sur l’emploi, en ce temps de crise. C’est peut-être une guérison à demander, prenant conscience d’une sorte de blocage spirituel ou psychologique. Ce peut-être de souhaiter être meilleur. C’est peut-être ma propre vocation - quel est le sens de ma vie – ou bien d’autres choses encore…

Souvent, il y a une grand écart entre ce que je désire, ce que j’attends, et ce que Dieu veut me donner. A tel point que, parfois, on se demande si Dieu est vraiment tout puissant, s’Il ne me donne pas ce que je lui demande (en supposant que ce que je lui demande est juste…) ?

Ce temps de l’Avent est un temps pour mettre le cap sur l’Espérance. C’est une temps pour venir à ce que Dieu veut me donner. Si nous ne nous préparons pas, nous risquons fort de passer à côté des fêtes de Noël, peut-être même de passer à côté de notre vie…

Ne passons pas à côté de la beauté de notre vie !

Il y a quelques années, nous, les frères, avons organisé un camp en Israël avec des adolescents. Vous connaissez sans doutes les adolescents ? Comme vous le savez, Israël est un très beau pays. Et on arrive à Jérusalem, sommet du pèlerinage, et on se rend sur le dôme du Rocher. Personnellement, je n’étais jamais allé. Pour moi, c’était moment extraordinaire de découvrir cette mosquée, ce dôme du Rocher. Et je demande à un adolescent assis, plutôt affalé à mes côtés : « c’est beau, tu ne trouves pas ? », et lui de répondre : « c’est lourd ! » autrement dit, « quand est-ce que l’on s’en va ? je voudrais bien faire autre chose… » et cette réaction m’est restée.

Et je pense que, dans notre vie, on est un petit peu comme ça par rapport au Seigneur, c’est à dire que l’on a devant nous des choses magnifiques, et qu’on lui répond : « non, je voudrais bien faire autre chose »… et on passe à côté de la beauté de notre propre vie.

Qu’est-ce que Dieu veut, qu’est-ce que Dieu nous demande si ce n’est de préparer un chemin ? qu’est-ce qu’Il veut nous donner, qu’est-ce que ce chemin ? c’est parce qu’Il vient Lui-même, c’est parce qu’Il se donne lui-même. Ne nous comportons pas comme cet adolescent qui dirait : « ce n’est pas Dieu que je veux, moi, c’est autre chose ! ». Dieu veut se donner à nous, et nous voulons autre chose, des gadgets, ou peut-être des grandes choses, des belles choses, mais, Dieu veut se donner Lui-même à nous. Et il y a fort à craindre que nous passions à côté, en disant que cela nous intéresse pas… « vous n’auriez pas quelque chose de mieux ? ». C’est Lui qui vient ! ce n’est pas un représentant, ni un lieutenant, c’est Lui qui vient.

Il est au milieu de nous

Ce temps de l’Avent et donné pour que nous ne réagissions pas comme des enfants capricieux, ou comme des ados, mais pour vraiment être dans cette attente, pour vraiment l’attendre Lui. Dans l’Évangile, Jésus nous invite à chercher Le Royaume et Sa Justice, et tout le reste nous sera donné en plus. Bien sur, il ne s’agit pas d’un calcul : « Je vais m’intéresser à Dieu, comme ça, Il me donnera tout le reste »… non ! Si vraiment je m’intéresse au Royaume de Dieu et à Sa Justice, certes, Il donnera le surplus, mais ce qui importe avant tout, c’est le Royaume de Dieu et Sa Justice. Ce qui importe, c’est Dieu Lui-même, et qu’Il se donne entre nos mains.

Alors, nous allons demander dans cette Eucharistie de grandir dans le désir de le recevoir, dans le désir de communier avec Lui, dans le désir et l’Espérance d’être sauvé. Certainement, le Seigneur veut notre guérison, certainement le Seigneur veut nous donner la Vie, mais concentrons-nous sur ce qu’Il est lui-même. Ayons Foi en Lui, ayons Foi qu’Il guide nos pas, qu’Il sait ce dont nous avons besoin, ayons cette Foi.

Après cette homélie, un certain nombre de couples vont s’engager dans une fraternité qui s’appelle les Couples Saint-Joseph. Il s’agit d’une fraternité de jeunes couples qui vivent de notre spiritualité, qui se rencontrent régulièrement, et qui prennent cet engagement pour avoir une vie spirituelle plus intense. Nous les accompagnons de notre prière, en demandant au Seigneur qu’ils se concentrent vraiment sur l’essentiel, comme nous, c’est à dire, de L’attendre Lui,

Amen

Références des lectures du jour :

  • Livre de Baruch 5,1-9.
  • Psaume 126(125),1-2ab.2cd-3.4-5.6.
  • Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 1,4-6.8-11.
  • Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,1-6.

L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode, prince de Galilée, son frère Philippe, prince du pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias, prince d’Abilène, les grands prêtres étant Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, fils de Zacharie.

Il parcourut toute la région du Jourdain ; il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre du prophète Isaïe :

« A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les routes déformées seront aplanies ; et tout homme verra le salut de Dieu. »

+ Répondre à cet article

1 réaction


13 décembre 2012 21:37, par SUSINI Jean-Charles

Père E lie , comme vous le dites , le temps de l’Avent , c’est le temps de mettre le cap sur l’Espérance : moi-même , lorsque je trébuche parfois et que je perds espoir , je me souviens d’un moment de trés forte espérance dans le Seigneur ,

lorsque mon épouse à peine endormie à tout jamais , sur son lit d’Hôpital, j’ai interpellé Jésus et lui ai dit :

puisque je ne puis plus rien fairede terrestre pour elle, toi, tu l’accompagnes dans sa maladie depuis des années , prends -la dans tes bras , emmène-la avec toi , garde -la jalousement sur ton coeur , et fais-la vivre dans mon coeur. Venez prendre place tous les deux dans mon coeur , venez m’envahir de votre amour

- repondre message