Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Accueil > Jeunes > JMJ Cracovie 2016 - Avec les SJM > Rio 2013 avec les SJM > Faire un don pour aider les jeunes à partir aux JMJ de Rio avec les (...)

Faire un don pour aider les jeunes à partir aux JMJ de Rio avec les SJM

Une belle action de Carême

Imprimer
Écrire à l'auteur Père Éric 15 mars 2013
1 2 3 4 5
réagir


Comme vous l’avez lu dans nos précédentes newsletters, les frères ont proposé une formule ambitieuse pour vivre les JMJ de Rio en immersion argentine. Les 12 places ont été rapidement pourvues et nous vos sollicitons à présent pour soutenir financièrement les jeunes dans ce grand et beau projet.

Si vous cherchez à faire un don en cette période de Carême, n’hésitez pas ! Ceci est possible en cliquant sur le lien : Faire un don ; n’oubliez pas de signifier la destination du don dans le champ prévu à cet effet. Par avance, merci !

Voici les trois propositions qui seront faites aux jeunes. Il leur est demandé de choisir celle qui leur convient le mieux :
  • Réhabiliter la maison de personnes démunies dans le quartier
  • Contribuer à la distribution d’une aide matérielle en lien avec :
    • la paroisse qui prépare et remet des paniers-repas
    • la caritas qui fournit des vêtements et de la nourriture
    • la salle Paranin qui se consacre plus spécialement à la nutrition des enfants
  • Proposer des jeux et des activités éducatives pour les enfants et les jeunes.

Cliquez pour accéder au diaporama



La genèse du projet racontée par Père Éric

Les JMJ ont changé la vie de milliers de jeunes. Cela paraissait donc incontournable de leur offrir une proposition concrète pour y participer. Mais comment ? Père Éric nous raconte la genèse de ce projet qu’une bonne douzaine de jeunes a choisi pour partir à cette fameuse rencontre internationale.

Casa Padre Lamy2 Depuis le mois de septembre, j’ai rejoint notre communauté d’Argentine. La « Casa Padre Lamy », se trouve près de la ville de Paraná, qui n’est pas si éloignée que cela de Rio de Janeiro (à l’échelle de l’Amérique du sud !). D’autre part, peu après mon arrivée en Argentine, une jeune fille m’a contacté pour vivre trois mois à caractère humanitaire en lien avec ses études dans le domaine médical. Un médecin travaillant dans un bidonville - ami de la communauté - a très volontiers accepté de prendre cette étudiante comme stagiaire. C’est ainsi que les contours de notre proposition pour les JMJ se sont précisés.

Découvrir l’Argentine

Casa Padre Lamy1 Dès l’arrivée, le dépaysement est assuré ! Il suffit de penser au fleuve Paraná qui coule près de chez nous : son débit est 25 fois celui de la Seine lorsqu’elle arrive au Havre. Mais plus encore que la nature, nous nous proposons de rencontrer de jeunes catholiques argentins qui peuvent nous apprendre beaucoup. Par exemple, ils défilent sans complexe dans la rue pour la fête patronale de leur paroisse. Leurs chants alternent avec des dizaines de chapelets ou des acclamations enthousiastes du style : « Vive Jésus ! », « Vive Marie, notre Maman du Ciel ! »

Vivre des JMJ au cœur de l’Amérique Latine

Rio6 Les bras du Christ Rédempteur de Rio symbolisent bien l’accueil chaleureux que les brésiliens nous préparent. Dans ce continent qui compte le plus grand nombre de catholiques, aucun risque que l’ambiance soit terne et morose. C’est avec ces couleurs et cette exubérance que nous pourrons exprimer notre joie de croire en Jésus.

Temps humanitaire

JPEG - 32.4 ko

Après les JMJ, notre façon d’en vivre le thème sera d’annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres non pas tant par des paroles (d’autant plus que tous ne parlent pas espagnol) mais par un service d’ordre caritatif. Le lieu choisi est celui du Volcadero à quelques kilomètres de la « Casa Padre Lamy ». À 300 m de l’église paroissiale se trouve un immense tas d’ordures qui surplombe le magnifique fleuve Paraná. Des familles vivent là dans de pauvres habitations. En lien avec le curé du lieu, nous contribuerons à améliorer leur quotidien.

Contact : Père Eric, email

D’après un article paru dans le journal Église de Beauvais - Numéro de mars 2013

+ Répondre à cet article