Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie
Accueil > Nous découvrir > Notre famille spirituelle > La Famille spirituelle des Serviteurs : laïcs et religieux, l’expérience d’un (...)

La Famille spirituelle des Serviteurs : laïcs et religieux, l’expérience d’un même charisme

Imprimer
123455 vote(s)
réagir


Le concile Vatican II a largement invité les congrégations religieuses à travailler avec les laïcs, à les insérer dans leur mission et à les former dans leur spiritualité.
De nombreux laïcs sont en lien avec notre communauté et sont pour elle une richesse.



Les oblats

Oblats séculiers Depuis déjà longtemps, des laïcs se sont rapprochés de notre communauté pour y recevoir régulièrement des enseignements et participer à notre prière et spiritualité. Avec le temps, certains ont manifesté le désir de s’engager plus formellement au sein de notre famille spirituelle. C’est ce qu’on a appelé l’oblature. Actuellement, ils sont une quarantaine d’oblats à s’être engagés temporairement ou pour toujours.
L’Oblature séculière (ou Tiers Ordre) est une association de fidèles qui vivent, dans le monde (dans le siècle, d’où leur nom), selon l’esprit d’un institut religieux et tendent à la perfection chrétienne sous la direction de celui-ci.

  • Naissance des oblats
    Depuis les débuts de la communauté en 1941, beaucoup de laïcs sont venus puiser, auprès des frères, force et soutien dans leur vie spirituelle. En 1990, une Règle de Vie a été rédigée pour donner un cadre à ce qui n’était, jusqu’alors, que des rencontres informelles. Le 24 juin de cette même année, les tout premiers engagements dans la famille des Amis de Jésus et de Marie Servante eurent lieu.
  • Qu’est-ce que l’oblature séculière ?
    L’oblature est une libre offrande de sa personne à Dieu. C’est le moyen qu’un baptisé, laïc, choisit pour cheminer vers Dieu en étant rattaché à une famille religieuse et soutenu spirituellement par celle-ci. Contrairement aux oblats réguliers qui prononcent des vœux au sein d’une congrégation, les oblats séculiers vivent « dans le monde » : ils travaillent, sont mariés pour certains…
  • Concrètement, à quoi s’engage un oblat ?
    Un oblat s’engage à être fidèle à la prière et aux sacrements en :
    - participant au moins une fois par semaine à la messe en plus du dimanche
    - prenant quotidiennement un temps d’oraison et en priant quelques dizaines du chapelet
    - faisant une retraite annuelle de cinq jours minimum et en choisissant un accompagnateur spirituel.
    Il veut être fidèle à la « communion familiale » en :
    - étant présent aux réunions mensuelles
    - maintenant de fréquents contacts avec les autres oblats
    - rendant, dans la mesure de ses moyens, des services à la communauté et plus largement, aux plus petits et aux plus pauvres.

Par toute sa vie il cherche à témoigner du vrai visage de l’Église, visage d’amour, de bienveillance et de simplicité.


Les familles du Père Lamy

Engagement des familles En 1999, avec la mort de trois de nos frères (dans un accident de voiture), des familles se sont spontanément manifestées pour nous soutenir. C’est ce qui a donné naissance aux Familles du Père Lamy.
Ces familles ne prennent pas seulement leur engagement à titre personnel comme les oblats mais c’est en tant que famille qu’elles font cette démarche. Les parents comme les enfants s’engagent à vivre du charisme du Père Lamy dans leur état de vie.

  • Qu’est-ce que c’est ?
    Les familles du père Lamy représentent un engagement familial en lien avec la communauté des Serviteurs de Jésus et de Marie. Cet engagement se veut une aide pour progresser dans la vie chrétienne selon la volonté de Dieu et sous le regard de la Vierge Marie en communion avec la communauté. En phase avec l’apostolat des frères, il est familial : chacun des ses membres est partie prenante.
  • Et pratiquement ?
    Crées en 1999, ces familles sont actuellement une vingtaine en France, issues de tous les milieux socio-culturels. Une fraternité réelle et sincère se tisse entre elles au fil des ans.
    Elles s’engagent, avec leurs enfants, pour une durée d’un an renouvelable, à :
    -la prière familiale du dimanche soir (une dizaine de chapelet, la prière du père Lamy et le bénédicité) Familles Père Lamy
    et selon les disponibilités :
    - une aide matérielle à la congrégation, par exemple lors des WE jeunes, fiancés ou familles (garde d’enfant, témoignage, préparation d’un jeu, aide en cuisine…)
    - un pèlerinage à la Pentecôte sur les pas du père Lamy
    - une soirée par trimestre à Ourscamp, Paris ou Lyon selon les situations géographiques.Ces rencontres, avec la présence d’un frère de la communauté, permettent d’approfondir la spiritualité des Serviteurs de Jésus et de Marie.
  • Les liens avec la communauté
    Chaque famille se voit attribuer un frère de la communauté comme parrain. Ainsi, frère et famille peuvent se soutenir mutuellement dans leur vocation propre.
    La rencontre des frères avec des garçons et filles de tout âge, très appréciée, est un atout majeur pour leur construction spirituelle. De même il est réconfortant pour eux de voir d’autres jeunes s’impliquer dans une même démarche de foi.
  • Lire le témoignage d’une famille
    ( Retour haut de page)

Les couples Saint-Joseph

Couples Saint-Joseph - engagement pour un an Le dimanche 24 septembre 2006, pour la première fois, treize couples se sont engagés à mener leur vie matrimoniale en lien avec la communauté des Serviteurs de Jésus et de Marie.

Sont accueillis tout jeune couple marié à l’église jusqu’à leurs 5 ans de mariage, désirant trouver une aide pour sa vie conjugale dans une relation avec la Communauté.
Les frères prient pour les couples et les couples prient pour les frères ! Le couple fait partie de la famille spirituelle du père Lamy et s’appuie sur la consécration des frères pour vivre sa propre vocation. Des rencontres régulières permettent d’approfondir les liens.

  • A qui s’adressent les couples Saint Joseph ?
    Ils accueillent tout couple marié à l’église, désirant trouver une aide pour sa vie conjugale dans une relation avec la communauté. Les frères prient pour les couples et les couples prient pour les frères !
    Le couple fait partie de la famille spirituelle du père Lamy et s’appuie sur la consécration des frères pour vivre sa propre vocation. Des rencontres régulières permettent d’approfondir les liens.
  • Et concrètement ?
    Les couples, par groupes de 5, se réunissent une fois par mois là où ils vivent et reçoivent, une fois sur deux, un enseignement fait par l’un des frères. La fois suivante, ils approfondissent, entre eux, cet enseignement. Toute réunion comporte bien sûr un temps de prière.
    Trois week-end par an, les couples se rendent à l’abbaye d’Ourscamp pour un temps de retraite. Ils s’engagent également à rendre service à la communauté durant un week-end familles ou jeunes. Couples Saint-Joseph En couple, l’engagement est triple :
    - prier à deux au moins une fois par semaine, pendant au minimum un quart d’heure selon le mode qui leur convient (chapelet, lecture de la parole…) ;
    - participer à la messe dominicale ;
    - se confesser chaque mois.
  • Ont-ils des enfants ?
    Certains ont des enfants, d’autres non mais, contrairement aux familles du Père Lamy, il s’agit d’un engagement de couple uniquement.
  • Pourquoi Saint Joseph ?
    Saint Joseph a joué un grand rôle dans la vie du père Lamy. Aussi celui-ci a-t-il mis la Congrégation sous le patronage de ce saint, premier serviteur de Jésus et de Marie. Saint Joseph a eu une vie de couple et les couples pourront le prier pour être aidés et soutenus dans leur vocation.
    ( Retour haut de page)

La Fraternité du Serviteur

Tout comme pour les Familles du Père Lamy, c’est en 1999 que des jeunes proches de l’abbaye voulurent aussi formaliser leur lien avec notre Communauté tout en restant dans le monde. C’est ce qui a donné naissance à la Fraternité du Serviteur. Ils sont une quinzaine, étudiants ou jeunes professionnels, à se réunir régulièrement pour recevoir des enseignements et participer à la mission des frères.

  • Pour la définir, il faut parler d’amitié.

Fraternité 1
- Une amitié avec le Christ,
en tout premier lieu. Membres de cette fraternité (« frat »), nous nous reconnaissons aimés de Dieu, d’un amour préférentiel, et décidons de prendre les moyens d’approfondir cette relation d’amitié. Comme le Christ s’est fait le Serviteur de tous, nous souhaitons vivre de cet esprit de service, notamment auprès des plus petits : l’amitié pousse à se mettre au service de l’autre.
- Une amitié avec la communauté des Serviteurs de Jésus et de Marie.
Cette amitié s’exprime par un esprit de communion, une confiance mutuelle et une aide spirituelle : les frères acceptent d’accueillir et d’accompagner les membres de la frat qui le souhaitent, et nous, nous nous engageons à soutenir et aider les frères dans leurs différents apostolats. Cet enracinement dans une famille spirituelle est indispensable pour que chacun puisse donner sa pleine mesure et cheminer vers l’accomplissement de sa vocation. Fraternité 2
- Une amitié entre les membres de cette frat,
fondée sur le Christ : le lien qui nous unit est très fort. Il se tisse en tout premier lieu par la communion de prière et par des rencontres régulières. Nous avons bien conscience de ne pas nous être choisis les uns les autres, nous ne nous serions sans doute jamais rencontrés sans la frat ; mais nous nous acceptons et apprenons à nous aimer, à nous aider et à cheminer ensemble.

Cette fraternité est donc aussi une aventure, à vivre ensemble ; parfois un refuge dans la tempête, parfois le lieu du don. Elle est ce que nous en faisons, à la mesure de ce qui nous lui donnons !

  • Concrètement, en quoi consiste cet engagement ?

Cet engagement s’articule autour de 3 axes, qui sont le fondement de la frat et représentent autant d’appuis et de soutiens :

Fraternité 3
- Une vie de prière
Notre vie de chrétien s’enracine dans notre vie de prière. Nous choisissons de mettre la messe au centre de notre vie. Et, comme pour prolonger l’action de grâces, nous décidons de prendre un quart d’heure d’oraison par jour et de prier une dizaine du chapelet (tout particulièrement aux intentions des différents membres de la frat). Conscients de nos fragilités, nous décidons également de recourir au sacrement de la Miséricorde (au moins tous les 2 mois) et de nous faire aider par un père spirituel.
A la suite du P.Lamy, il est souhaitable que chacun des membres de la frat se prépare à une consécration à la Vierge Marie afin de manifester son désir de se mettre à son école.

Fraternité 4
- Une communauté
La famille spirituelle du P.Lamy, une amitié particulière avec les SJM. Nous nous engageons au sein d’une fraternité, nous acceptons de participer aux différentes rencontres prévues (1 vendredi soir/mois à Paris, 3 WE/an à Ourscamp, 1 camp l’été). Ces différents temps passés ensemble nous aident à grandir dans cette amitié et à rendre concrète la communion tissée dans la prière.

- Une vie de service
Parce que le Christ lui-même nous a ouvert cette voie ! Dans la mesure de nos possibilités et selon le charisme de chacun, nous nous associons aux différents apostolats proposés par la communauté. Nous choisissons également, en-dehors, un apostolat de compassion auprès des plus petits.

  • Formule d’engagement dans la Fraternité du Serviteur
    "Moi, …..,
    En présence des frères Serviteurs de Jésus et de Marie, Je m’engage pour un an dans la Fraternité du Serviteur.
    A l’école du Père Lamy, je désire mettre toute ma vie au service du Christ, mon Sauveur, de Marie, ma Mère, et de l’Église.
    Pour cela, je veux apprendre à être une âme de prière, à grandir dans la foi, l’espérance et la charité, à me dépenser sans compter pour le salut de mes frères, par l’exemple et par la parole.
    Je décide aujourd’hui de mettre la sainte Messe au centre de ma vie et de vivre à plein la grâce de mon baptême. Je sais pouvoir compter sur le sacrement de réconciliation, sur la prière de ma famille spirituelle, sur les conseils de mon Père spirituel.
    Selon mes moyens et mes disponibilités, je veux participer à la mission des Serviteurs de Jésus et de Marie. Que le Cœur Immaculé de Marie, refuge des pécheurs, m’obtienne la grâce d’être fidèle à mon engagement".

- Le témoignage de Ségolène
( Retour haut de page)


Les Compagnons de l’Agneau

Les ados ne voulaient pas être de reste. Ils ont intégré les Compagnons de l’Agneau et, en Argentine, la Juventud Lamista, tant ils sont conscients qu’ils ne peuvent, tout seuls, être fidèles à leur vocation de baptisés. Ils sont à des âges charnières et se rendent compte que le soutien d’une communauté est une force pour rester fidèles au Christ.

L’appellation « Compagnons de l’Agneau » s’adresse à des jeunes adolescents, des garçons qui acceptent de cheminer une année avec les frères au rythme d’une rencontre mensuelle et d’un camp l’été (le camp ado). Ces garçons ont entre 13 et 17 ans et nous les invitons à prendre un engagement de vie chrétienne tout au long de l’année.

  • Récit d’un week-end avec les Compagnons :

Frère Raphaël et Fr Charles de Jésus se sont retrouvés un week-end de février avec cinq jeunes adolescents de 13 à 16 ans, les « Compagnons de l’agneau » (nom de la petite fraternité). Ils ont pour projet de partir ensemble cet été pour une découverte de la Corse et leur désir est aussi de grandir ensemble dans la vie de Foi, d’Espérance et de Charité. C’est pourquoi ils ont passé ces deux jours ensemble, deux jours de bonheur à l’école des Béatitudes, thème qui avait été retenu pour le week-end.

Le samedi matin, les Frères ont proposé aux Compagnons un grand jeu d’extérieur avec des épreuves d’habilité et de force (paint-ball et tir à l’arc), ainsi que des énigmes sur le thème des Béatitudes. Puis, pour se détendre et respirer un grand bol d’air frais, ils sont partis avec Père Christian et des amis faire du ski alpin au sommet du grand Ballon : chutes et rires assurés !
Le soir pour rester dans l’ambiance montagne ils ont dégusté une raclette préparée par frère Raphaël.
Ensuite frère Charles de Jésus a partagé sa joie d’être frère et la soirée s’est poursuivie par un beau film intitulé John Q illustrant l’Amour d’un père pour son fils et finalement l’Amour de Dieu pour ses enfants.

Le dimanche, après un réveil tout en douceur et un bon petit déjeuner, les Compagnons se sont réunis autour des Frères pour lire ensemble les lectures de la messe, puis ils ont joué au baby-foot, avant de rejoindre tout le monde pour la messe de 10h30.
L’après-midi, ils ont joué au snow-game (ancêtre du laser game) : c’est une bataille de boules de neige où il fallait neutraliser son adversaire par des impacts de boules de neige !!
Puis ensemble ils ont prié l’office des vêpres avec les frères pour terminer par un temps d’adoration et un bon goûter.
Car comme le dit notre fondateur le Père Lamy : « Le chemin du cœur passe par l’estomac ».
( Retour haut de page)


Les servants d’autel d’Ottmarsheim

Servants d'autel 1 Ils sont treize autour du Frère Charles de Jésus, pour certains venant du village d’Ottmarsheim, pour les autres des villages environnants. Certains sont de grands adolescents de 15 ans et ont plusieurs années d’expérience au service de l’autel, d’autres ont seulement deux ou trois ans de services, d’autres encore commencent tout juste à découvrir cette mission : le plus jeune à huit ans.

Pour le frère Charles, C’est vraiment une belle mission que de pouvoir aider ces garçons à découvrir toute la joie et la beauté d’être proche de Jésus et de contribuer à la solennité de la célébration de l’Eucharistie. Tout est mis en œuvre pour que chacun puisse participer au service de l’autel en fonction de ses compétences et de son expérience, tout en variant les services d’un dimanche à l’autre.

Servants d'autel 2

  • Voici les différentes fonction possible :
    - thuriféraire (celui qui encense),
    - porte navette (celui qui porte le récipient contenant les grains d’encens),
    - porte croix,
    - lecteur (les plus grands lisent une des deux lectures du dimanche),
    - sonneur (au moment de l’élévation),
    - acolyte (ceux qui portent les vases sacrés de la crédence à l’autel),
    - cérophéraires (porteurs des cierges).

Après chaque messe, ils se retrouvent autour du frère pour passer la cérémonie en revue et progresser dans le service de l’autel soit par un temps de formation, soit par une relecture de la manière dont ils ont servi à la messe. La première étape de la formation a concerné la position des mains et du corps que chacun doit adopter au cours de la célébration. Finis donc les jeux avec le pompon de la corde qui entoure l’aube, dommage diront certains…

Nous avions prévu de nous retrouver pour deux jours au cours des vacances de février afin de grandir toujours plus au service de l’autel. C’est chose faite.

Servants d'autel 3 Depuis cette petite retraite-vacances au prieuré au cours de la messe du mardi gras (le 16 février) nous avons adopté une manière de distinguer l’habillement des servants en fonction de leurs années de services. Par exemple ceux qui ont une année de service sont vêtus de l’aube et du cordon, ceux qui ont de deux à trois années de service sont vêtus de l’aube, du cordon et d’une croix en bois d’olivier, ceux qui ont entre quatre et cinq années de service sont vêtus de l’aube, d’un cordon rouge et d’une croix en bronze avec un christ dessus.
Quant au cérémoniaire (grade le plus haut des servants) il portera une croix encore différente.

Nous comptons sur vos prières pour que ces jeunes aiment toujours plus Celui qu’ils servent.
( Retour haut de page)

*******************

Une richesse

Comme vous le voyez, il y en a pour tous les âges : de 7 à 77 ans voire plus.

Ces différents mouvements liés à notre Congrégation sont une richesse pour notre Institut…

… Ils sont présents là où nous ne pouvons pas être : dans le bureau, l’école, l’atelier, les quartiers, les universités. En quelque sorte, ils sont autant de prolongations de notre vie consacrée en vivant, là où ils sont, du charisme et de l’esprit du Père Lamy : esprit de fidélité à l’Église et d’amour de Marie, esprit de prière et d’humilité, esprit de silence et de miséricorde.

Mes frères et moi-même, nous voulons exprimer notre reconnaissance à ceux et celles qui intègrent une des branches de notre famille spirituelle. Leur engagement nous relance dans notre don radical à Jésus et à Marie au sein de l’Église. Leur confiance nous touche et leur amitié nous encourage."

+ Répondre à cet article