Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

La Parole de Dieu au dessus du brouhaha

Homélie du 3e dimanche du Temps Ordinaire - Année C

Imprimer
123453 vote(s)
réagir


Homélie du 3e dimanche du Temps Ordinaire - Année C

Écouter l’homélie :




Chers frères et sœurs,

Nous sommes dans une civilisation de l’image, dans laquelle on a de plus en plus d’informations, les yeux rivés sur le fil de l’actualité, sur FB… On reçoit une grande quantité de mails, et si l’information principale n’est pas dans les trois premières lignes, on ne l’aura pas lue – je parle pour moi, mais sans doutes est-ce aussi le cas pour vous.

Nous avons de plus en plus de mal à être attentif, car il y a un flot d’informations. Chaque semaine – le dimanche, ou chaque jour - si nous allons à la messe, chaque moment du jour – si nous prions l’office, nous est proposé une parole, la Parole même de Dieu ; nous laissons-nous toucher, nous laissons-nous atteindre par cette parole ? Celui qui m’a fait, Celui qui me porte un amour immense, me dit une parole. Et cette parole, je l’écoute.

Les Hébreux touchés par la lecture de la loi de Dieu

Dans les lectures que nous avons entendues aujourd’hui – notamment dans la première lecture et dans l’évangile – on voit combien les gens sont touchés par la Parole :

  • dans la première lecture, on a une description de la liturgie juive à Jérusalem : on avait construit une estrade et les gens se rassemblaient, on lisait la Parole et on la traduisait… ce qui est frappant, c’est l’unanimité des gens sur le fait qu’ils se laissent toucher : ils pleurent à l’écoute de cette parole, Parole de l’Alliance. On dit qu’ils sont touchés au cœur par cette parole.
  • dans l’évangile, c’est la même chose : Jésus proclame cette parole, cette prophétie qui le concerne, qui dit qu’Il est le Messie, qui parle de sa mission, et les gens sont captivés :

Tous dans la synagogue avaient les yeux fixés sur Lui

Il fait un sermon extrêmement court qui, visiblement, marque les esprits. Et dans le passage qui suit immédiatement, il est dit :

Tous lui rendaient témoignage

Autrement dit, ils sont touchés par cette parole, par l’actualité de cette parole.

La psaume nous donne la clef pour comprendre tout cela :

La parole de Dieu est source de vie
La Parole de Dieu réjouit le cœur,
La Parole de Dieu donne l’intelligence, la sagesse, la justice

La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ;
La charte du Seigneur est sûre, qui rend sages les simples.

Les préceptes du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur ;
Le commandement du Seigneur est limpide, il clarifie le regard.

La question qui peut être la nôtre, c’est : « Comment faire pour que cette parole de Dieu, que cette parole de vie prenne racine dans mon cœur, qu’elle change ma vie au milieu du brouhaha, des informations, des médias, etc… ».

Trois clefs pour mettre la Parole de Dieu à l’honneur dans notre quotidien

Il y a plusieurs étapes pour que cette parole descende en moi :

Faire silence

Tout d’abord, arrêter le flot des paroles. Quand on est chez soi, on peut être parfois tentés de mettre toujours de la musique, parce qu’on ne supporte plus le silence, ou plutôt qu’il nous fait peur. Donc, pour que la Parole de Dieu fasse son chemin en moi, je dois commencer par faire silence.

La lire et la relire

La difficulté pour l’évangile, c’est que l’on croit le connaître. On lit un évangile et on a l’impression qu’on le connaît déjà ; on le survole, et de ce fait, on n’a rien entendu, on n’a rien compris. Donc, il faut lire, relire et écouter la Parole de Dieu avec un cœur attentif : être attentif à chaque détail. D’ailleurs, la Parole de Dieu va souvent me toucher, m’attirer par un petit détail auquel je n’avais jamais fait attention, quelque chose de bizarre, ou une question. Je peux alors commencer à partir de ce détail, à partir de cette question qui surgit à la lecture du texte. Ensuite, je vais méditer, c’est à dire que je prends cette phrase, et que j’essaye de la confronter avec ma propre vie : « Qu’est ce que cela veut dire pour moi ? comment cette parole me fait avancer, me fait bouger ? ». et pour que cette parole fasse son chemin, qu’elle s’enracine en moi, il est nécessaire que j’aie foi, que j’aie foi que cette parole me vient vraiment de Dieu, qu’elle me touche maintenant, et qu’elle va changer quelque chose dans ma vie, qu’elle va changer toute ma vie.

Dans la vie des Saints, dans celle de Saint Antoine, par exemple, on le voit qui va à la messe le dimanche et qui entend « Va, vends tout ce que tu as et donne-le aux pauvres, tu auras un trésor dans le Ciel. Il vend alors ses biens et part au désert.

Il faut donc se laisser toucher par cette parole : « Cette parole est pour moi, j’y ajoute foi et, je me laisse transformer par elle ».

S’y référer au fil des heures

Une autre chose qui peut nous aider à vivre la Parole de Dieu c’est d’y revenir tout au long du jour, d’y revenir tout au long de la semaine : « J’ai entendu un évangile, une phrase m’a touché plus particulièrement parce qu’elle me rejoint dans telle ou telle expérience : je vais y revenir, la reprendre dans ma prière, chaque jour. »

Mise en pratique !

Pour terminer cette homélie, je vous propose tout simplement d’en faire l’expérience : je vais lire un certains nombre de phrases des lectures que nous avons eues aujourd’hui. Ayez foi que le Seigneur veut vous toucher à travers ces paroles. Faisons silence, écoutons-la chacun pour lui-même : « Qu’est-ce que cette parole veut dire pour moi, et comment elle m’invite à changer :

Ce jour est consacré à notre Dieu. Ne vous affligez pas.
La joie du Seigneur est votre rempart.

Tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés dans l’unique esprit pour former un seul corps.
Si un membre souffre, tous les membres souffrent.
Si un membre est à l’honneur, tous partagent sa joie.

Le Seigneur m’a consacré et envoyé pour porter la Bonne Nouvelle aux pauvres.

Chers frères et sœurs, cette parole de Dieu, ce n’est pas un livre, comme quelque chose d’abstrait, c’est vraiment Jésus – quelqu’un – qui nous parle. C’est en Jésus qu’elle a toute son actualité, maintenant. Non seulement nous recevons, mais nous sommes invités à répondre. Comme dit le psaume :

Que les paroles de ma bouche te plaisent
Et le murmure de mon cœur, qu’il parviennent devant Toi, Seigneur, mon rocher et mon défenseur.

Cette parole se fait dialogue, elle se fait rencontre. C’est ce à quoi nous sommes invités maintenant, dans l’Eucharistie,

Amen

Références des lectures du jour :

  • Livre de Néhémie 8,2-4a.5-6.8-10.
  • Psaume 19(18),8.9.10.15.
  • Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 12,12-30.
  • Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,1-4.4,14-21.

Plusieurs ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, tels que nous les ont transmis ceux qui, dès le début, furent les témoins oculaires et sont devenus les serviteurs de la Parole. C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après m’être informé soigneusement de tout depuis les origines, d’en écrire pour toi, cher Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as reçus.

Lorsque Jésus, avec la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues des Juifs, et tout le monde faisait son éloge. Il vint à Nazareth, où il avait grandi. Comme il en avait l’habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui présenta le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :

L’Ésprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres, et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur.

Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. »

+ Répondre à cet article