Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Accueil > Formation spirituelle > Conférences > La sexualité dans le couple - Halte spirituelle

La sexualité dans le couple - Halte spirituelle

Par Père Christian

Imprimer
123454 vote(s)
réagir


Nous sommes passés, dans le domaine de la sexualité, d’un courant janséniste à un courant libertaire.
Or, le bonheur que Dieu veut pour nous, ne se situe pas dans ces deux extrêmes mais dans le don total réciproque.

Il existe quatre niveaux de lecture de la sexualité :

  • physique avec la sexologie
  • psychologique
  • philosophique
  • pastoral


La sexualité dans le plan de Dieu

Nous nous retrouvons au niveau de l’aspect théologique. Le vrai sens de la sexualité se trouve dans Genèse 1 et 2 :

Et Dieu vit que cela était bon"

C’est l’aspect contemplatif de la sexualité.

Au départ il existe une communion parfaite entre l’homme et la femme qui s’offrent dans un don total est réciproque. Dieu l’a donné au moment de la Création. Le plaisir est lié à notre capacité à recevoir Dieu dans notre cœur.

Notre sexualité doit être à l’image de Dieu et à l’image de la Sainte Trinité avec :

  • un corps à corps épanoui
  • le dialogue
  • une communion parfaite entre époux et avec Dieu.

L’ acte sexuel est bon, il est le couronnement de la création. L’époux, l’épouse, est le plus grand cadeau de la Création, il, elle est la capacité à recevoir Dieu dans notre cœur. Dieu donne, il donne pour toujours.

Le corps porte le mystère de Dieu" saint Jean Paul II

« Le corps est le temple de l’Esprit. » Saint Paul

1. Solitude originelle : Adam était seul

Il faut rester soi-même dans le couple (j’ai peur de le perdre…). Nous sommes tous des êtres libres et responsables.
Il faut garder ou retrouver son identité profonde. Tout le bonheur est en nous d’abord.
Ce n’est pas mon mari qui va me combler ; le grand mariage : c’est Dieu et moi.
Il faut savoir retrouver la solitude originelle, la solitude spirituelle car nous sommes une unité originelle homme et femme. Le péché originel c’est de croire que l’on peut être heureux par soi-même. Nous sommes faits pour le don et la communion. L’homme a besoin de solitude, l’homme ne parle pas, s’enferme. La femme est plus dans la fusion et la communion. Ma souffrance m’est spécifique. L’autre ne peut pas forcément me rejoindre : seul Dieu le peut. L’époux (épouse) est le vis à vis pour permettre de me donner totalement.

2. Nudité originelle

Apprendre à s’accepter nu.
A l’origine, avec Adam et Eve il n’y a aucun problème. La nudité est la transparence du don de Dieu. La nudité : c’est être transparent de la foi de Dieu. La sexualité, c’est se laisser traverser par l’autre jusqu’à partager un fruit. C’est recevoir le don de Dieu à travers l’orgasme.

Et il y a eu le péché. Adam a voulu s’approprier le bonheur. Le péché est comme un écran qui m’empêche de remonter à la source (Dieu).

3. Saint Paul : « unité dans une seule chair »

Dans l’ Ancien Testament : le mariage est le seul signe de Dieu, il n’existe aucun autre sacrement.

Dans le Nouveau Testament : Dieu s’est fait chair. Les six autres sacrements apparaissent. C’est l’eucharistie qui va devenir le sommet de l’amour parfait. L’eucharistie devient le phare.

Dieu a choisi de nous porter quelque soit notre sexualité. L’important est d’apprendre à aimer.

4. L’homme est à l’image du père

La femme reçoit pour que l’homme se révèle. La femme possède la grâce de l’accueil. La femme est la sentinelle de l’invisible (JP II), elle est plus proche de Dieu dans le silence et la contemplation. La responsabilité couronne le don.
L’homme est responsable spirituellement de l’acte (pas physiquement) et la femme l’aide par sa tendresse à se livrer inconditionnellement.

Le mariage est le signe de l’espérance. Aujourd’hui le mariage redevient un grand signe d’espérance des temps modernes malgré la façon dont il est actuellement abîmé, attaqué de toute part. C’est le signe de la trinité dans l’amour inconditionnel du Christ.

Pastorale et direction spirituelle

Comment avancer vers le vrai bonheur que Dieu veut nous donner ? L’important est de rester dans l’émerveillement. Il ya toujours un chemin d’épanouissement possible pour nous chrétiens.

Il faut apprendre à surmonter les 3 grandes difficultés des couples :

  • le désir de prendre : l’homme est créé plus sexuel que la femme.
    La femme est dans la sentimentalité jusqu’à l’étouffement.
  • la peur : l’homme a fondamentalement peur des femmes, il est déstabilisé par elles (les femmes ont une grande unité intérieure). L’homme a peur de ne pas y arriver sexuellement d’où blocage (jusqu’à l’impuissance)
  • l’indifférence : au bout de quelques années, on cohabite sans véritable dialogue et on se contente de faux compromis.

1. La bien-aimée du Cantique des Cantiques.

L’homme a pour vocation de révéler la merveille du Cantique des Cantiques : la bien-aimée. La femme indique la finalité de l’humanité : être belle, restaurée dans la foi. Tu es responsable de la beauté de ta femme, la Jérusalem céleste. Celle qui est le signe de l’espérance de toute l’humanité. L’homme bien-aimé du cantique est prêt à donner sa vie pour la sauver.

2. Les méthodes naturelles

L’église encourage les méthodes naturelles car elles sont à l’écoute du corps : on écoute Dieu à travers le corps car il s’est fait chair. On ne peut pas prendre possession de la vie.

Dans le plan de Dieu l’union charnelle est :

  • Le don libre de chacun : don du cœur et importance de l’engagement. _ On ne peut pas aimer si on ne s’engage pas. Choisir quelqu’un pour toujours ne fait qu’affirmer et approfondir notre bonheur.
  • L’union des corps : que le don puisse s’exprimer jusqu’au don du corps. S’il y a acte sexuel sans engagement, il y a forcément souffrance (c’est inscrit dans le corps).
  • Fécondité : don total jusqu’à l’intimité profonde, jusqu’au don de la vie. Car l’acte est don de vie. Mutiler l’un ou l’autre des corps : c’est se mutiler soi-même : c’est le péché. Toute contraception touche au bonheur et détourne de Dieu On se punit soi-même.

90% des catholiques ont utilisé au moins un de ces moyens : retrait, préservatif, stérilet, pilule, avortement. Nos actes sont soit créateurs soit destructeurs. Il faut avoir l’humilité de demander à Dieu son aide. Mon corps, ou le corps de l’autre, peut devenir mon pire ennemi. Poison qui rentre dans le cœur, difficulté à aimer le corps de l’autre ou le sien avec le temps. Par exemple, la pilule rend les femmes plus agressives puisqu’elles prennent des hormones masculines (progestérone).

3. La chasteté conjugale

Père Christian est bien gentil mais il n’est pas marié… la chasteté c’est beau mais impossible à mettre en œuvre. Voilà ce que l’on entend !

Dieu nous veut dans la vérité. L’église n’est pas la police mais elle est un phare pour nous éclairer sans nous juger.
Ne pas subir notre méthode de régulation des naissances mais poser un acte de foi pour que le Christ passe dans notre relation.
Les Méthodes naturelles sont à l’écoute du corps et de la vie, à l’écoute des rythmes différents de l’homme et de la femme. Si nous vivons en harmonie avec Jésus, nous sommes transfigurés avec lui et en lui. Il faut sortir du permis /défendu avec Dieu. Tout ce que Dieu donne, Il ne le reprend jamais.

La vie de couple est chemin de sainteté.


Autres conférences sur ce thème :

+ Répondre à cet article