Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Les JMJ avec Anuncio

Récit de Père Eric

Imprimer
Écrire à l'auteur Père Éric 23 septembre 2011
123451 vote(s)
réagir


En février dernier, lors de notre session de formation, Raphaël Cornu-Thénard, le fondateur d’Anuncio était venu nous partager son expérience d’évangélisation.
Ils avaient besoin de prêtres pour les accompagner aux JMJ, c’est ainsi que je me suis proposé.



LOURDES
Environ 700 jeunes se sont donc donné rendez-vous à Lourdes le 8 août pour deux journées de formation à l’évangélisation. Au programme : louange, prédication, messe, temps d’ateliers, oraison, veillée, …
Quelques titres d’ateliers pour vous donner une idée : « Annoncer pour la première fois, gérer ses peurs », « La rencontre, concrètement, ça se passe comment ? », « Face aux questions dites ’provocs’, quelles réactions avoir en évangélisation ? », « La place de la Parole de Dieu dans l’évangélisation », …
Le couronnement de ce séjour auprès de Notre-Dame eut lieu lors de la messe présidée par Mgr Perrier : chaque jeune apprend alors sa destination : Ibiza, Barcelone, Biarritz, Cordoue, Grenade, … Belle manière d’expérimenter concrètement que la mission, on ne se la donne pas, on la reçoit.

GRENADE
Pour ma part, je me suis joint à une quarantaine de jeunes envoyés à Grenade. Des jeunes aux sensibilités variées mais déterminés à ne pas s’épuiser dans des querelles de chapelles pour consacrer leurs forces à annoncer le nom de Jésus.
L’une des grâces de ce temps à Grenade fût de fait un grand climat de fraternité entre les jeunes. N’est-ce pas un bon début pour évangéliser ? « À ceci tous vous reconnaîtront pour mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres » (Jn 13, 35). Il faut cependant avouer que nous étions bien soignés par le curé et les paroissiens qui préparaient les repas avec soin et nous entouraient de mille délicatesse comme cette petite excursion en montagne un matin.
La matinée se voulait plutôt contemplative (louange, enseignement, oraison, la messe). En milieu d’après-midi, l’évangélisation pouvait commencer à proximité d’une église. Certains arpentaient les rues pour rencontrer les gens pendant que d’autres les accueillaient à l’église où le Saint Sacrement était exposé.
Forts de la bénédiction du Seigneur, les jeunes surmontaient leurs appréhensions pour aborder les gens. Le plus touchant étaient de les voir revenir tout joyeux comme les disciples de l’évangile (Lc 10, 17) en voyant des cœurs s’ouvrir à leur parole et venir confier leurs détresses et leurs attentes au Seigneur présent dans l’Eucharistie.

MADRID
Dès l’arrivée, le changement d’échelle saute aux yeux : nous troquons les modestes salles paroissiales de Grenade pour un gymnase destiné à recevoir 500 personnes. La mission aussi changera de visage : elle consistera à initier d’autres JMJistes à l’évangélisation.
Le matin, pour l’essentiel, les jeunes se coulent dans le programme désormais bien rodé des JMJ : louange, catéchèses donnée par des évêques, messe. L’après-midi, Place d’Espagne, Anuncio propose un parcours de formation à l’évangélisation, ainsi qu’une scène de concert où artistes et prédicateurs se relaient.
Pendant ce temps, mon rôle consistait essentiellement à confesser et à écouter les jeunes qui se présentent place d’Espagne. Des journalistes sont même venus m’interviewer en me posant la question : quels sont les péchés des jeunes ? L’élément le plus marquant c’est certainement cette joie et cet enthousiasme qui se lit sur les visages et s’entend dans les chants. A ces jeunes scandant : « Voici la jeunesse du pape », Benoît XVI lancera lors de la veillée d’accueil : « Profitez de ces journées pour mieux connaître le Christ. Et soyez certains que votre enthousiasme et votre joie (…) auront toujours un avenir assuré ».

QUATRO VIENTOS
Le samedi après-midi, sous un soleil implacable, nous nous installons à Cuatro Vientos, l’aérodrome militaire choisi pour le grand rassemblement de clôture des JMJ. Pour tempérer cette canicule, des camions de pompiers de l’aérodrome passent régulièrement pour nous arroser. Nous nous dirigeons dans le carré qui nous est assigné et qui contient peut-être 50.000 personnes. Pour avancer, il faut enjamber les duvets et les sacs posés sur le sol constitué d’un mélange d’herbe sèche et de terre, de chardons et de cailloux.
En fin d’après-midi, le ciel devient très sombre et menaçant. Un peu plus tard, la pluie commence à tomber. Chacun essaie alors de se protéger comme il peut. A la pluie s’ajoute un vent de tempête qui fait passer des objets divers et variés au-dessus de nos têtes. Il devient bien difficile de prêter attention au déroulement de la veillée, d’autant plus que la sono ne fonctionne que par intermittences. Un chapiteau s’effondre, le vent s’étant engouffré sous la bâche. Heureusement, il ne semble pas y avoir de blessés.
Depuis un moment, la veillée a commencé. La calotte du pape s’envole et le parapluie qui le protège se retourne. Benoît XVI reste au milieu de nous avec beaucoup de sérénité tandis que son entourage s’affaire autour de lui. Quand le calme revient, le pape reprend son discours écrit sur des feuilles maintenant mouillées. « Merci chers amis, merci pour cette joie, cette allégresse ! Votre force est plus forte que la pluie ! » Applaudissements de la foule.
Quelques instants plus tard, le Saint-Sacrement apparaît dans un grand ostensoir majestueux. Malgré la fine pluie, le silence se fait sur l’aérodrome. Des centaines de milliers de jeunes sont à genoux, et prient. C’est un moment d’une intensité très particulière où l’on peut goûter la présence de Dieu. Sur le sol jonché de bâches, couvertures et bouteilles vides, le calme est pourtant impressionnant. Les pèlerins, serrés les uns contre les autres, prient devant le Saint-Sacrement, tournés vers les nombreux écrans géants déployés sur Quatro Vientos. Le silence est profond dans cette cathédrale à ciel ouvert. En fin de veillée, Benoît XVI se retire en disant : « Merci d’avoir résisté à la pluie. Bonne nuit à vous tous. Merci pour le sacrifice que vous êtes en train de faire. Je vous donne rendez-vous demain, si Dieu le veut ».

Entre 1,5 et 2 millions de jeunes passeront la nuit sur place dans l’attente de la messe du lendemain. A cette messe dominicale, j’ai la joie de pouvoir concélébrer. Ne m’imaginez cependant pas à côté du pape : nous étions environ 14000 prêtres sans compter les 800 évêques et cardinaux présents. Benoît XVI continue à nous enseigner de sa parole lumineuse : « La foi n’est pas le fruit de l’effort de l’homme, de sa raison, mais elle est un don de Dieu (…) Suivre Jésus dans la foi, c’est marcher avec lui dans la communion de l’Eglise. (…) On ne peut pas suivre Jésus en solitaire ».

Au terme de la messe, après avoir annoncé officiellement, le lieu des prochaines JMJ, le pape envoie en mission plus d’un million de jeunes. Il dit en français : « Chers jeunes de langue française, le Christ vous demande aujourd’hui d’être enracinés en Lui et de bâtir avec Lui votre vie sur le roc qu’Il est Lui-même. Il vous envoie pour être des témoins courageux et sans complexes, authentiques et crédibles ! N’ayez pas peur d’être catholiques, d’en témoigner toujours autour de vous avec simplicité et sincérité ! Que l’Église trouve en vous et en votre jeunesse les missionnaires joyeux de la Bonne Nouvelle ! »
C’est ce qu’avec la grâce de Dieu, nous allons faire de notre mieux.

+ Répondre à cet article