Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Les témoins de mariage

Imprimer
Écrire à l'auteur Serviteurs de Jésus et de Marie 13 septembre 2007
1 2 3 4 5
réagir


Un témoin de mariage est-il seulement là pour manifester son affection envers les mariés ?
A-t-il, au contraire, une mission spécifique ?
Le père Pierre-Marie, au travers d’une lettre adressée aux témoins des jeunes qu’il marie, nous permet de mieux mesurer l’importance du rôle confié aux témoins religieux



Quelques généralités

  • Les témoins choisis pour le mariage religieux (amis proches, frères et soeurs…) ne sont pas forcément les même que pour le mariage civil.
  • Pour autant, leur rôle n’est pas religieux ( à l’inverse de celui des parrains et marraines) mais humain.
  • A l’Eglise, il n’est pas nécessaire qu’ils soient majeurs (du moment qu’ils ont une certaine maturité) et ils peuvent être non-baptisés ou d’une autre religion.
  • Il est recommandé, pour rester raisonnable, de ne pas dépasser deux témoins par fiancé.

Leur rôle

  • La présence des témoins exprime que le mariage est une réalité ecclésiale, que l’on ne se marie pas tout seul dans son coin, ni pour soi seulement.
  • Ces personnes proches, que les mariés ont choisies, sont les témoins du don mutuel et sans retour des époux devant Dieu.
  • Au fil des années, leur présence amicale et attentive pourra accompagner le couple et l’aider dans les passages plus difficiles. Ils seront un rappel du « oui » échangé.

La lettre de Père Pierre-Marie

"Chers témoins,

Vous vous apprêtez à devenir témoins du mariage de N. et N., moment fondateur de leur vie matrimoniale et familiale. Les futurs époux vous ont choisis, car vous êtes des personnes de confiance. Vous pourrez les soutenir, le cas échéant, dans leurs engagements matrimoniaux et familiaux.
Dans certains pays, les témoins rencontrent le prêtre pour un dialogue sincère et fraternel. En France il n’y a pas de contact avant le jour J et c’est bien dommage.
Cela ne vous aide pas forcément à prendre la mesure de votre mission qui n’est pas négligeable.

Pour vous aider à prendre conscience de la beauté de votre rôle de témoins, je vous propose de répondre aux questions ci-dessous.
Vos réponses, faites en conscience et sous le regard de Dieu, resteront confidentielles et m’aideront à mieux connaître les futurs époux, à discerner d’éventuelles difficultés pour leur proposer des chemins de croissance.
En répondant, vous êtes invités à la réflexion et devenez ainsi plus acteurs de leur engagement devant Dieu et devant les hommes. Vos témoignages sur eux et leur relation m’aideront à les guider vers un amour fort et beau comme celui du Christ pour son Eglise.

  • 1. Depuis combien de temps connaissez-vous le (a) fiancé(e)
  • 2. Quelle place occupe la vie spirituelle dans la vie de chacun (attachement au Christ et à son Eglise, vie de prière et sacramentelle…) ?
  • 3. Considérez-vous les fiancés suffisamment mûrs et capables d’assumer les obligations de la vie matrimoniale et familiale ? Avez-vous repéré des immaturités dans leur relation et de possibles chemins de croissance à leur conseiller ?
  • 4. Selon vous, les fiancés se marient-ils avec entière liberté ? Connaissez-vous des pressions extérieures qui s’exerceraient sur l’un ou l’autre concernant ce mariage ?
  • 5. Vous semble-t-il que les fiancés veulent s’engager dans un mariage indissoluble sans vouloir recourir au divorce même si la vie commune devient difficile ?
  • 6. Considérez-vous que les fiancés soient disposés à remplir leur mission de chrétiens, d’époux et de parents ?
  • 7. Voyez-vous des circonstances qui empêcheraient ou rendraient difficile la célébration de ce mariage ?
  • 8. Vous connaissez bien le(a) fiancé(e). Quels conseils leur donneriez-vous pour qu’ils grandissent dans leur amour mutuel et ensemble dans l’amour de Dieu ?
  • 9. Voyez-vous d’autres éléments importants dont vous souhaiteriez témoigner ?

Dans l’attente de vous connaître, prions ensemble pour les futurs époux afin que, sous la protection de Marie, ils avancent comme témoins eux aussi d’un amour qui ne passe pas."

+ Répondre à cet article