Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Pour toute notre vie

Extrait de Familiaris Consortio

Imprimer
123452 vote(s)
réagir


L’ indissolubilité est l’un des quatres piliers du mariage chrétien avec la liberté, la fidélité et l’ouverture à la vie
Elle est image de l’amour de Dieu pour son Eglise, amour qui ne lui fera jamais défaut
Voyons comment Jean-Paul II, au chapitre 20 de son exhortation apostolique Familiaris Consortio, aborde ce thème de l’indissolubilité du mariage



Un don plénier source de joie

La communion conjugale se caractérise non seulement par son unité, mais encore par son indissolubilité.
C’est un devoir fondamental pour l’Eglise d’affirmer encore et avec force, comme l’ont fait les Pères du Synode, la doctrine de l’indissolubilité du mariage : à ceux qui, de nos jours, pensent qu’il est difficile, voire impossible, de se lier à quelqu’un pour la vie, à ceux encore qui sont entraînés par une culture qui refuse l’indissolubilité du mariage et qui méprise même ouvertement l’engagement des époux à la fidélité, il faut redire l’annonce joyeuse du caractère définitif de cet amour conjugal, qui trouve en Jésus-Christ son fondement et sa force.

Enracinée dans le don plénier et personnel des époux et requise pour le bien des enfants, l’indissolubilité du mariage trouve sa vérité définitive dans le dessein que Dieu a manifesté dans sa Révélation : c’est Lui qui veut et qui donne l’indissolubilité du mariage comme fruit, signe et exigence de l’amour absolument fidèle que Dieu a pour l’homme et que le Seigneur Jésus manifeste à l’égard de son Eglise.

Les époux chrétiens signes de l’amour du Christ pour son Eglise

L’Eglise renouvelle le dessein primitif que le Créateur a inscrit dans le coeur de l’homme et de la femme, et dans la célébration du sacrement du mariage il offre « un coeur nouveau » : ainsi, non seulement les époux peuvent surmonter la « dureté du coeur », mais aussi et surtout ils peuvent partager l’amour plénier et définitif du Christ, nouvelle et éternelle Alliance faite chair.
De même que le Seigneur Jésus est le « témoin fidèle », le « oui » des promesses de Dieu et donc la réalisation suprême de la fidélité inconditionnelle avec laquelle Dieu aime son peuple, ainsi les époux chrétiens sont appelés à participer réellement à l’indissolubilité irrévoquable qui lie le Christ à l’Eglise, son Epouse, qu’il aime jusqu’à la fin des temps.

Le don du sacrement est pour les époux chrétiens une vocation, en même temps qu’un commandement, à rester fidèles pour toujours, par delà les épreuves et les difficultés, dans une généreuse obéissance à la volonté du Seigneur :

Ce que Dieu a uni, l’homme ne doit point le séparer"

Témoigner, même dans les difficultés

De nos jours, témoigner de la valeur inestimable de l’indissolubilité du mariage et de la fidélité conjugale est, pour les époux chrétiens, un des devoirs les plus importants et les plus pressants.
C’est pourquoi, en union avec tous mes frères qui ont participé au Synode des évêques, je loue et j’encourage tous les couples, et ils sont nombreux, qui au milieu de grandes difficultés gardent et font grandir ce bien qu’est l’indissolubilité : ils assument ainsi, d’une manière humble et courageuse, la tâche qui leur a été donnée, d’être dans le monde un « signe », signe discret et précieux, parfois soumis à la tentation, mais toujours renouvelé, de la fidélité inlassable de l’amour de Dieu et de Jésus-Christ pour tous les hommes, pour tout homme.
Et il faut aussi reconnaître le prix du témoignage des époux abandonnés par leur conjoint qui, grâce à leur foi et à leur espérance chrétiennes, n’ont pas contracté une nouvelle union : ils rendent ainsi un authentique témoignage de fidélité dont le monde d’aujourd’hui a tant besoin.
C’est pourquoi les pasteurs et les fidèles de l’Eglise doivent les encourager et les aider à perséverer dans ce sens.

+ Répondre à cet article