Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Accueil > Formation spirituelle > Etre saint par Marie > Qu’est-ce que le rosaire ?

Qu’est-ce que le rosaire ?

Un guide pour prier avec Marie

Imprimer
1234512 vote(s)
réagir


Si le mois de mai est le mois de Marie, octobre est celui de la prière du Saint Rosaire
Une bonne occasion pour chacun de nous de prier le chapelet, cette couronne de roses offerte à la Vierge Marie…

Frère Gérard nous fait découvrir le « mode d’emploi » et les trésors de cette prière à la fois simple et essentielle.

Il vient de publier un guide de récitation et méditation du Rosaire que vous pouvez commander sur notre site : « Prie ton chapelet, du Ciel c’est la clé… » - Un chant de Frère Gérard




Dans la communauté, Frère Gérard est un grand distributeur de chapelets.
Tous ceux qui passent un moment à l’Abbaye, en particulier les enfants, s’en sont déjà vu offrir un, en plastique blanc ou rose ou, encore mieux, phosphorescent pour prier dans son lit !
C’est que frère Gérard connaît l’importance de la prière du chapelet, « ascenseur » et « clé du ciel », comme il aime l’appeler.

Le Rosaire est l’hommage le plus agréable que l’on puisse offrir à la Mère de Dieu.
Saint Alphonse de Liguori

Le Rosaire souffre d’une image de prière répétitive, alors qu’il est sans doute la prière populaire la plus usitée dans le monde catholique.
Demandée par la Vierge Marie elle-même lors de ses apparitions, la prière du Rosaire est la prière des humbles.

Réciter le chapelet, cela signifie apprendre à regarder Jésus avec les yeux de sa mère. (…) C’est une prière toute simple qui s’écoule au rythme de la vie humaine.
Bienheureux Jean-Paul II

Les origines du rosaire

Le mot « rosaire » signifie « couronne de roses ». Il vient de l’usage au Moyen Age de couronner de roses les statuts de la vierge, chaque rose symbolisant une prière.

L’origine du Rosaire remonte au XIe - XIIe siècle. Dans les monastères le religieux, qui ne comprenaient pas le latin, récitaient 150 « Ave Maria » à la place des 150 psaumes de l’office liturgique. On appelait cette prière le psautier de la vierge Marie.

Un dominicain, Alain de la Roche, fonde en 1470 la Confrérie du psautier de la vierge Marie et il attribue à St Dominique l’origine de la dévotion du rosaire. Les dominicains répandent le rosaire. On conjugue la récitation des dizaines d’Ave Maria avec la contemplation des mystères joyeux, douloureux et glorieux de la vie du Christ. Le rosaire est devenu une pratique commune après le concile de Trente (1545 - 1563). C’est à la prière des confréries que le pape saint Pie V attribua la victoire de Lépante sur les Turcs en 1571.

Après un déclin, il y eut un renouveau de la prière du rosaire au XIXe siècle. En 1828, Pauline Jaricot fonde l’Association du rosaire vivant. En 1858 à Lourdes, la vierge se montre à Bernadette avec un chapelet. Le pape Léon XIII consacre de nombreuses encycliques au rosaire, spécialement en 1883-1891. En 1917 à Fatima, Marie se montre en disant « Je suis Notre Dame du Rosaire »

Le pape Jean Paul II, en 2002, a ajouté aux mystères joyeux, douloureux et glorieux (qui avaient été fixés par le pape St Pie V en 1569) les mystères lumineux. L’initiative du pape recentre la prière du rosaire sur le Christ, car ces mystères n’ont pas tous été vécus directement par Marie, et nous invite à contempler Jésus-Christ Lumière du monde.

Comment dire le Rosaire ?

Image chapelet

  • Commencer par faire le Signe de Croix : Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. AMEN.
  • Réciter le Je crois en Dieu (Credo) (correspond à la croix du chapelet)
  • Dire un Notre Père (Pater)
  • Dire trois Je vous salue Marie (Ave)
  • Dire un Gloire au Père (Gloria)

Ensuite réciter un « Notre Père » suivi de dix « Je vous salue Marie » et d’un « Gloire au Père » en méditant sur un mystère de la vie du Christ.

A la fin de chaque dizaine, après le Gloria :

JPEG - 60.2 ko
Le livret de Frère Gérard

« O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés ; préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez toutes les âmes au ciel, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Sainte Miséricorde. »
(Prière donnée par la Vierge Marie à Fatima)

Ou encore :

Le triple invocation : « O Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous »

A chaque dizaine de « Je vous salue Marie », on médite une série de mystères différents :

- le lundi et le samedi : mystères joyeux
- le mardi et le vendredi : mystères douloureux
- le mercredi et le dimanche : mystères glorieux
- le jeudi : mystères lumineux

Les 20 Mystères du Rosaire et leurs fruits

Les Mystères Joyeux : l’incarnation divine et la vie cachée du Christ

  • 1. L’Annonciation (Lc 1.26-38 ; Mt 1.18-25)
    L’Ange Gabriel porte l’annonce à Marie que l’Esprit-Saint viendra sur elle et que l’Être Saint qui naîtra d’elle sera appelé Fils de Dieu. Marie accepte avec foi et humilité.
    Fruit du mystère : Accepter humblement la volonté de Dieu ; l’humilité.
  • 2. La Visitation (Lc 1.39-56)
    Marie visite sa cousine Élisabeth qui va devenir la mère de Saint Jean-Baptiste. Elle rend service à Élisabeth pendant trois mois.
    Fruit du mystère : Servir et aimer son prochain : charité envers son prochain)
  • 3. La Nativité (Lc 2.1-20 ; Mt 2.1-12)
    Jésus-Christ naît dans une étable. Sa mère l’installe dans la crèche. Les bergers et les Mages le visitent.
    Fruit du mystère : Le détachement des biens de ce monde, être joyeux dans la pauvreté évangélique.
  • 4. La Présentation de Jésus au Temple (Lc 2.21-40)
    Marie et Joseph vont au Temple de Jérusalem, présenter l’Enfant-Jésus à son Père du Ciel
    Fruit du mystère : L’obéissance ; la pureté du corps, du cœur et de l’esprit
  • 5. Le recouvrement de Jésus au Temple (Lc 2.41-52)
    Marie et Joseph recherchent pendant trois jours l’Enfant-Jésus qu’ils ont perdu et le retrouvent au Temple.
    Fruit du mystère : La recherche de Jésus ; paix dans la famille réunie autour de Jésus ; silence ; Sagesse

Les Mystères Lumineux : La vie publique de Jésus

Baptême de Jésus

  • 1. Le Baptême au Jourdain (Mt 3.1-17 ; Mc 1.1-11 ; Lc 3.1-22)
    Jésus descend dans les eaux du Jourdain. Les cieux s’ouvrent. La voix du Père le proclame son Fils bien-aimé. L’Esprit descend sur Lui pour l’investir de la mission qui l’attend.
    Fruit du mystère : L’adoration de la Sainte Trinité ; notre salut dans le Christ-Jésus ; solidarité du Christ avec l’humanité pécheresse
  • 2. Les Noces de Cana (Jn 2.1-12)
    Sur demande de sa mère, Jésus change l’eau en vin. Ceci est son premier signe.
    Fruit du mystère : Manifestation de l’identité de Jésus, le recours à la puissance médiatrice de Marie
  • 3. L’Annonce du Royaume de Dieu et l’invitation à la conversion (Mt 4.12-17. 5,6 et 7 ; Mc 1.14-15 ; Lc 4.14-15, 6.20-49)
    Jésus en guérissant un paralytique, inaugure sa prédication et nous annonce l’avènement de son Royaume.
    Fruit du mystère : Le zèle dans l’apostolat ; l’invitation à la conversion pour accueillir le Royaume de Dieu ; la vocation universelle à la sainteté ; l’esprit missionnaire
  • 4. La Transfiguration (Mt 16.28, 17.1-13 ; Mc 9.1-8 ; Lc 9.27-36 ; 2 P 1.16-18)
    Sur le Mont Thabor, la gloire de la divinité du Fils est manifestée, pendant quelques instants, à trois Apôtres. Dieu demande d’écouter son Fils bien aimé
    Fruit du mystère : La divinité du Christ, seul sauveur ; invitation à entrer dans la lumière de la Vérité ; l’esprit de prière et le goût de contemplation de sa gloire
  • 5. L’Institution de l’Eucharistie (Mt 26.26-29 ; Mc 14.22-25 ; Lc 22.14-20 ; 1 Co 11.23-25)
    Le Christ se fait nourriture en son Corps et en son Sang sous le signe du pain et du vin. Il nous témoigne son amour infini.
    Fruit du mystère : Invitation à devenir de plus en plus membre du Corps du Christ et de son Église ; une plus grande dévotion à l’Eucharistie

Mystères Douloureux : les souffrances de la passion

  • 1. L’Agonie (Mt 26.36-56 ; Mc 14.32-52 ; Lc 22.39-53 ; Jn 18.1-11)
    Jésus prie au Jardin des Oliviers. La pensée de nos péchés et les souffrances qui l’attendent font transpirer le sang de sa peau.
    Fruit du mystère : La contrition de nos péchés, la prière comme protection contre la tentation
  • 2. La Flagellation (Mt 27.20-26 ; Mc 15.11-15 ; Jn 19.1)
    Jésus est mis à nu, attaché à la colonne et flagellé. Son corps est ensanglanté et couvert de plaies.
    Fruit du mystère : Le combat contre les passions mauvaises, mortification du corps
  • 3. Le Couronnement d’épines (Mt 27.27-31 ; Mc 15.16-20 ; Jn 19.2-11)
    Une couronne d’épines est enfoncée dans la tête de Jésus. On se moque de lui.
    Fruit du mystère : Accepter les humiliations en silence ; la lutte contre l’orgueil et l’égoïsme ; la mortification de l’Esprit et du Cœur
  • 4. Le Portement de la croix (Mt 27.31-33 ; Mc 15.20-22 ; Lc 23.26-32 ; Jn 19.16-17)
    Jésus porte sa lourde croix jusqu’au Calvaire. Marie accompagne son Fils sur la voie douloureuse.
    Fruit du mystère : Être patient et persévérant dans les épreuves et les offrir en union avec le Christ
  • 5. La Crucifixion Mt 27.34-56 ; Mc 15.23-41 ; Lc 23.33-49 ; Jn 19.18-37)
    Cloué à la croix, Jésus expire en présence de sa Mère, après trois heures d’agonie.
    Fruit du mystère : Aimer Jésus Christ, mort par amour pour nous ; salut des hommes ; soulagement des âmes dans le purgatoire

Les Mystères Glorieux : le triomphe de la Résurrection

Résurection

  • 1. La Résurrection (Mt 28.1-20 ; Mc 16.1-18 ; Lc 24.1-43 ; Jn 20.1-29)
    Victorieux de la mort, Jésus sort du tombeau, glorieux et immortel, au matin de Pâques. Il nous ouvre les portes du ciel.
    Fruit du mystère : Croire en Jésus ressuscité ; la vie nouvelle dans la foi ; amour pour Jésus
  • 2. L’Ascension (Mc 16.19-20 ; Lc 24.44-53 ; Ac 1.3-11)
    Quarante jours après sa Résurrection, Jésus monte au ciel, en présence de sa mère, de ses Apôtres, de ses disciples.
    Fruit du mystère : Attendre le retour du Christ glorieux, désir et espérance du Ciel
  • 3. La Pentecôte (Ac 2.1-41)
    Dix jours après l’Ascension, l’Esprit-Saint descend, sous forme de langues de feu, sur Marie et les Apôtres.
    Fruit du mystère : Être docile à l’Esprit-Saint ; la vertu de la charité ; la mission évangélisatrice de l’Église
  • 4. L’Assomption (2 R 2.11 ; Tradition ; LG 59)
    Les apôtres découvrent le tombeau de Marie vide. L’Église réalise que ce corps virginal qui a porté le Christ ne pouvait connaître la corruption du tombeau.
    Fruit du mystère : Rester fidèle à Jésus et la grâce de la bonne mort
  • 5. Le Couronnement de Marie dans le ciel (Ap 12.1 ; Tradition ; LG 59 et 68)
    Jésus couronne sa Mère ; la Trinité accueille Marie.
    Fruit du mystère : La confiance totale dans la Sainte Vierge, notre mère ; prière pour son Plan ; dévotion à Marie ; la communion des Saints

+ Répondre à cet article

2 réactions


28 juin 2012 17:48, par Der Opa( le grand -père) Antoine

….Je récite le « rosaire » depuis 1995 .Au début ,je récitais les ’je vous salue Marie« sans interruption ,puis le SEIGNEUR, m’a appris à le dire correctement en plaçant les »nôtres pères« au bon endroit le début la fin etc….Après sont venus les Mystères joyeux ,douloureux ,glorieux et enfin depuis quelques années les mystères lumineux de Notre Saint Père le pape JEAN-PAUL ll (n’ayez pas peur) .Le problème pour moi c’était qu’en dehors de la maison ,je ne pouvais pas les réciter ne les connaissant pas ,alors je les ai appris au long des jours au long des mois avec les mystères et maintenant je les connais tous les quatre parfaitement ,ainsi je peux les réciter partout ou je vais . Je commence le matin ( de bonne heure) seul dans le silence puis je continue en respectant l’ordre de récitation des mystères jusqu’au soir et tard dans la nuit(minuit trente) ,après je m’endors en disant »« Père je remets mon esprit entre tes mains . Je lui dit aussi ……laisse- moi prier , laisse- moi prier laisse-moi prier pour ceux qui ne prient pas ,pour ceux qui ne prient jamais et toujours avec l’intercession de Marie le Chef d’Oeuvre des mains de DIEU. Et depuis ce jour la maison que le Seigneur m’a confiée est une maison de bonheur pour nos enfants (4) et nos petits enfants(9) . Nous avons mon épouse et moi journellement 3 petits enfants ,ils savent prier aussi et même chanter les louanges du Seigneur. c’est ce que nous faisons quand je les amène à l’école le matin , je baisse les vitres de la voiture pour que les chants viennent »« percuter »"……l’indifférence , la non connaissance du Christ -Roi , les …..idoles des temps modernes

- repondre message

  • 6 septembre 2015 20:50, par Simon

    J’aime aussi le rosaire et je le fais mais pas tout les jours.Maintenant j’aimerais avoir les secrets de cette récitation de chapelet.Merci et que le tout puissant nous à le louer sans fin.

    -  Répondre