Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Rendez vous

Homélie du 3e dimanche de Carême

Homélie du 3e dimanche de Carême - Année B

Imprimer
123451 vote(s)
réagir


Un temple nouveau pour une Alliance Nouvelle

Écouter l’homélie :




Texte de l’homélie :

Chers frères et sœurs,

c’est ainsi que les disciples et ceux qui ont été témoins de la scène ont compris l’action de Jésus : comme une purification du Temple. Ce qui est étonnant, c’est que personne ne rejette le geste qui peut être considéré comme violent, car, l’on savait bien que cette présence des vendeurs et des changeurs était anormale, et même selon de nombreux juifs qui fréquentaient le Temple. Mais, on lui demande de dire un peu plus : « Quel signe fais-tu ? ». On conçoit tout à fait à cette époque qu’un homme puisse faire un geste prophétique, mais, de quel droit, au nom de qui ?
Et la réponse de Jésus chamboule tout :

Détruisez ce temple, et en trois jours, je le relèverai.

Il ne s’agit pas d’une restauration du Temple, d’un appel aux consciences à se retourner vers le Vrai Dieu, avec de vraies dispositions dans un esprit contrit… Le signe dont Jésus parle, c’est sa Résurrection. Il annonce le renouvellement de l’Alliance par sa mort et sa Résurrection. Il annonce un culte nouveau : ce n’est pas sur ce temple-là qu’il s’agit d’adorer, mais, d’adorer en Esprit et en Vérité.

Quel est ce temple nouveau

Tout d’abord, je vous propose de vous poser la question : « Qu’est-ce que ce temple nouveau dont Jésus nous parle ? »
Le Temple se situe à Jérusalem, la capitale du royaume de David, le siège du Roi, de la Justice. C’est le lieu où habite le Seigneur. On le voit dans plus épisodes de l’Ancien Testament : on voit la présence de Dieu comme une nuée et s’installer dans ce temple, et on ne peut ensuite plus y rentrer.

Le Temple était aussi le lieu où l’on offrait des sacrifices d’encens et d’animaux, pour rendre grâce au Seigneur, pour demander pardon. Le premier temple était le lieu où étaient gardées les Tables de la Loi, comme on l’a entendu dans la première lecture, l’endroit où était scellée et renouvelée l’Alliance pour la Pâque, avec l’immolation des agneaux. On pourrait en dire beaucoup plus, bien sur…

Par son geste, Jésus annonce un autre temple, le Temple de Son Corps.

Il est de la descendance de David, Il est le Messie annoncé, Il est le lieu de la présence de Dieu, Il est né de Dieu avant tous les siècles, sur Lui repose l’Esprit du Seigneur, Il est le fils éternel de Dieu et de la Vierge Marie. Par cette prophétie : « Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai », Il annonce que son Corps sera détruit, sera offert en sacrifice, et ce sacrifice réconciliera définitivement l’Homme avec Dieu. Il est l’Agneau véritable de la Pâque. En Son Corps se scelle l’Alliance Nouvelle et Eternelle, comme nous le disons dans chaque Eucharistie.

Ce Jésus, c’est Celui-là même que nous recevons dans chaque Eucharistie, vrai Dieu et vrai Homme. A chaque Eucharistie, nous revivons Sa mort et Sa résurrection, dans l’attente de Sa venue. Dans chaque Eucharistie, nous célébrons, nous renouvelons l’Alliance, en attendant sa venue dans la Gloire. Tout culte chrétien, toute prière chrétienne passe par le Christ notre Seigneur. La dignité, la vertu incomparable du Corps du Christ, nous rappelle notre propre dignité.

Par le baptême, nous sommes devenus le Corps du Christ, et nous participons à Sa Dignité de Prêtre, de Prophète et de Roi.
Par Lui, avec Lui, et en Lui, nous offrons notre vie et ce que nous savons faire.
Par Lui, avec Lui, et en Lui, nous sommes appelés à proclamer sa parole, par des gestes prophétiques.
Par Lui, avec Lui, et en Lui, nous instaurons dès ici-bas Son Royaume.

Nous qui sommes appelés à communier aujourd’hui, au jour de notre baptême, demandons au Seigneur de vivre à la hauteur de la dignité qu’Il nous confère par le Baptême,

Amen.

Références des lectures du jour :

  • Livre de l’Exode 20,1-17.
  • Psaume 19(18),8.9.10.11.
  • Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,22-25.
  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 2,13-25.

Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem. Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Ses disciples se rappelèrent cette parole de l’Écriture : L’amour de ta maison fera mon tourment.
— Les Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? »
— Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. »
— Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
Mais le Temple dont il parlait, c’était son corps. Aussi, quand il ressuscita d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en lui, à la vue des signes qu’il accomplissait. Mais Jésus n’avait pas confiance en eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme : il connaissait par lui-même ce qu’il y a dans l’homme.

+ Répondre à cet article