Serviteurs de Jésus et de Marie

Serviteurs de Jésus et de Marie

Père Stéphane-Marie

Imprimer
123458 vote(s)
réagir


Polyglotte et érudit, Père Stéphane-Marie fait également profiter l’assemblée dominicale de ses dons pour le chant.
Ancien maître des novices, il fait partie du Conseil autour du Supérieur Général



De l’aumônerie à l’Arche

« Natif de Lille, j’ai effectué tout mon cursus scolaire dans l’enseignement public. J’allais à l’aumônerie où on me présentait l’histoire sainte : j’avais l’impression d’y être chez moi beaucoup plus qu’avec »nos ancêtres les gaulois". A la fin de chaque séance on nous emmenait à la chapelle où nous passions invariablement notre temps à rigoler ! Et pourtant, avec du recul, je mesure les fruits de ces moments.

J’ai entendu pour la première fois l’appel du Seigneur à 14 ans, un appel à être prêtre car je ne connaissais pas de religieux à cette époque.

En 1973, je suis venu à l’Arche de Trosly-Breuil pour travailler au chantier de la ferme pendant les vacances. On m’a proposé de faire partie d’un petit groupe de prière autour de la prédication de Jean Vannier : cela s’appelait Katimavic, qui veut dire « rencontre » en Esquimau.

Suite à cela, pendant mon année de terminale, j’ai fait partie, à Lille, d’une petite communauté où nous vivions le partage et la prière et… je partais tous les week-end à Trosly, en stop ! Mon bac en poche j’ai été assistant d’une personne avec handicap de l’Arche pendant un an. Pendant tout ce temps ma vocation s’était éclairée, j’avais découvert la vie religieuse. Mais où le Seigneur m’appelait-il ?

Religieux et prêtre

J’ai eu l’occasion un jour de discuter avec un jeune qui s’apprêtait à rentrer comme novice dans une petite communauté, les Serviteurs de Jésus et de Marie. Les frères suivaient les cours du Père Thomas Philippe avec moi mais je ne m’étais pas senti spontanément attiré. Suite à cette conversation, durant le chapelet, j’ai entendu très clairement le Seigneur me dire : « ce sera là et ça se fera vite ».

J’ai prononcé mes premiers vœux le 2 janvier 1977 et, après des études à Paray-le-Monial, à l’IPC et enfin à Rome (j’y ai fait une spécialisation en spiritualité) j’ai été ordonné prêtre le 15 septembre 1984.

En 1988-89 j’ai eu le bonheur de réaliser un rêve : étudier la Bible en hébreu avec le père Jacques Fontaine (o.p.) à Jérusalem et la lire sur le terrain. Ce fut une expérience marquante.

A partir de 1991, je me suis beaucoup investi dans l’œuvre Point Cœur, comme fondateur puis comme visiteur jusqu’à ce qu’on me demande d’être aumônier de l’hôpital psychiatrique de Clermont ainsi que prêtre accompagnateur de l’Arche.

De 2003 à 2008 j’ai été maître des novices avant d’être affecté à la cuisine et de reprendre mon apostolat auprès des malades mentaux.
Je fais toujours de l’accompagnement spirituel individuel.

La joie de mon sacerdoce est d’ouvrir les richesses de l’Evangile aux autres (et spécialement aux plus pauvres) pour les aider à suivre les pas de Dieu.« 

Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits. » Matthieu 11, 25-26

+ Répondre à cet article

2 réactions


21 octobre 2013 16:15, par Claude Bauer

Bonjour, en lisant votre article je découvre une histoire riche de rencontres. Je suis toujours aussi étonné de toutes les vocations de prêtres et de religieux suscitées par Jean Vanier. A bientôt.

- repondre message


 


30 janvier 2015 14:17, par de MONTS

C’est très touchant d’avoir l’histoire de la vocation des prêtres et religieux. C’est passionnant même si c’est simple et il n y a rien d’extraordaire, cela touche au plus profond de notre être … Merci pour ces communications Humbert

- repondre message