Edito

« Rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » - Nouvelles des Serviteurs de Jésus et de Marie

Père Laurent-Marie - Juin 2020

La récente décision du Conseil d’État montre bien quelle doit être l’action des chrétiens dans une société sécularisée. La laïcité, qui n’est rien d’autre que la neutralité religieuse des agents de l’État lorsqu’ils agissent en qualité, ne doit pas empêcher l’expression de convictions morales, surtout lorsqu’elles expriment la loi naturelle et les exigences de la dignité de la personne humaine, et la pratique publique du culte. Si le chrétien, obéissant au Christ Lui-même, à saint Pierre et à saint Paul respecte l’autorité publique, il se doit de rappeler aussi à celle-ci qu’elle doit toujours agir en conformité avec la droite raison, le bien commun et donc en dernière analyse aux prescriptions du Dieu créateur et sauveur (cf. Catéchisme de l’Église catholique, n° 2244).