Homélie de la solennité de la Sainte Trinité

8 juin 2020

« Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

Écouter l’homélie

Texte de l’homélie :

Le premier dimanche après la Pentecôte, nous célébrons donc la solennité de la Trinité. La nature trinitaire de Dieu est la nature principale de la foi catholique. Le terme même de trinité mérite de se questionner. N’hésitons pas à poser des questions comme Jésus dans les évangiles :


— « Combien de fois le mot trinité est-il cité dans le nouveau et dans l’ancien testament ? »
— « Zéro ! »

Êtes-vous sûr ? Oui, vous avez tout à fait raison !
Alors, qui a inventé ce terme de Trinité puisqu’il n’existe pas dans la Bible ? C’est Tertullien. Mais qui est cet homme ? Il était berbère – comme moi. Il était originaire de Carthage et a vécu au IIIe siècle. Il était magistrat - avocat – et s’est converti en voyant le martyre des Chrétiens dans les arènes, mangés par les lions. Il a eu le génie d’utiliser les termes de la philosophie grecque pour essayer de définir notre foi chrétienne :

« Un seul dieu en trois personnes… »

Le mot personne est utilisé dans le grec ancien au sujet de la comédie : il fait référence au personnage que l’on joue en se cachant derrière un masque dans les civilisations grecque et romaine. Ainsi la Trinité c’est trois manifestations différentes du Dieu unique.
Sans tomber dans le modalisme – condamné par l’Église dans les premier siècle – c’est une façon d’expliquer la Sainte Trinité aux Musulmans.

Comme je vous le disais au début de la messe, j’étais musulman avant, je me suis converti 21 ans en 1999 et je suis devenu chrétien après avoir eu une vision de Jésus. Et au départ, on essayait de m’expliquer la Trinité en me disant que Dieu est trois et en même temps Il est un. Et je répondais que Dieu n’est pas un shampoing à la manière du 3 en 1 : soit Il est trois, soit Il est un. Pour vous qui êtes nés Chrétiens, cela peut sembler normal, mais au regard des mathématiques, ce n’est pas normal : 1+1+1 ça font 3 et non 1.
Alors, comment peut-on expliquer la Trinité à des personnes qui n’ont rien à voir avec le Christianisme, et plus particulièrement aux Musulmans comme moi avant ?

300px370 Andrej Rublëv 001 Les trois anges à Mambré Au début de ma conversion, une des images qui m’ont aidé à comprendre ce mystère c’est la façon qu’a employée un autre de mes ancêtres : le glorieux Saint Augustin d’Hippone. Pour expliquer la Sainte Trinité, il prenait l’image du Soleil. Le Soleil est un astre, il illumine et il réchauffe. Il y a trois manifestations, mais c’est toujours un seul et même soleil.
A cette époque, je suis passé par la foi évangélique et ai reçu le baptême dans cette confession. C’est là que j’ai entendu cette explication de Saint Augustin. Et quand je suis devenu catholique, l’image qui m’a le plus parlé à ce sujet, c’est cette icône de Roublev que vous voyez devant vous.

Comment peut-on distinguer les trois personnages de cette image de Roublev ? Elle représente les trois anges qui viennent visiter Abraham juste avant qu’ils aillent détruire Sodome et Gomorrhe. Roublev a utilisé ce passage de la Genèse pour dire que Dieu est trois, Dieu est trine.
Mais comment distinguer le Père, le Fils et le Saint-Esprit selon vous ? Avec les regards ? Les couleurs ? Regardez plutôt les signes, les indices qu’il a mis derrière chaque personnage.

  • à gauche, on voit une maison ; elle représente la maison du Père. C’est donc Dieu le Père à gauche.
  • au centre, au dessus de la tête de l’ange, on voit un arbre. Il représente le bois de la Croix. C’est donc le Jésus qui jaillit en vie éternelle. Vous savez que nous sommes par la Croix, par la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Par Sa mort sur la Croix jaillit la résurrection de chacun d’entre nous au dernier jour.
  • au dessus du dernier personnage sur la droite, il y a un rocher. Il symbolise le rocher qui suivait le peuple Hébreux dans le désert et lui donnait à boire. Cette eau vive préfigure l’Esprit-Saint.

Lorsque j’ai découvert cette image, elle a agi comme un illumination dans mon esprit pour comprendre ce mystère de la Trinité.

Tout à l’heure, l’un de vous a parlé du regard et c’est juste. Au delà d’être des personnes, la Sainte Trinité est avant tout une histoire de relation. C’est la circulation de l’amour qui existe entre le Père et le Fils par l’Esprit Saint. Nous savons tous que, selon Saint Jean, notre Dieu est un Dieu d’amour. Il a engendré Son Fils pour l’aimer. C’est une communion d’amour. Il a engendré Son fils par la Trinité. Il nous a créés nous les hommes pour nous aimer d’un amour inconditionnel et gratuit !

Nous pourrions dire que la nature de Dieu se révèle dans la dynamique des relations entre les personnes divines. Dans ce dépouillement de soi, et dans le regard tourné vers l’autre se manifeste le transcendance de Dieu.

On a vu comment reconnaître cette image de la Trinité de Roublev. Dieu est un Dieu de relation. La Sainte Trinité est d’abord une question de relation d’amour avant d’être une personne. Notre Dieu déborde de relation, de communication et d’amour pour tous les êtres humains. Ce Dieu nous montre ce qui fait le dynamisme de la vie trinitaire. Ce dynamisme est la communication, la relation et l’affection.

Notre vie chrétienne doit s’imprégner et se ressourcer dans ces trois qualités qui font la vie trinitaire. Elle se fonde sur l’imitation de la vie intérieure de la Trinité. La Trinité est le modèle de toute communauté humaine, de la plus simple - la plus élémentaire qu’est la cellule familiale - jusqu’à l’Église universelle.

La Trinité nous fait voir comment l’amour créée l’unité à partir de la diversité : unité de projet, de la pensée, de la volonté, diversité de sujets, des caractéristiques, et dans le monde humain, des sexes aussi. Et nous voyons là précisément ce qu’une famille peut apprendre du modèle trinitaire. Le Dieu chrétien est un être vivant qui existe en relation intime avec nous.
Une des dimensions importantes de notre Dieu trinitaire, c’est la communauté d’amour et la communauté personnelle dont la Trinité est le modèle par excellence.

Pour les Chrétiens, la Trinité est le premier symbole de la communauté qui se maintient en contenant en son sein la diversité. Les termes de Père, de Fils et de Saint-Esprit revoient à une relation et ils nous rappellent que pour Dieu – comme pour nous qui sommes créés à Son image – les relations et la communauté sont fondamentales et elles nous construisent.

Arrêtons-nous une minute pour examiner nos relations Puisque nous devons imiter les relations de la Trinité :

  • Est-ce que j’aime à la façon de Dieu ?
  • Suis-je prêt à donner ma vie pour ceux et celles qui me sont confiés, pour ceux et celles que j’aime comme Jésus Lui-même qui est à l’image du Père et qui a donné Sa vie nous nous ?

Quand je regarde la communauté et les relations de la Trinité qui caractérise la vie même de Dieu, je demande la grâce de m’en faire des priorité et des caractéristiques de ma propre vie.
Aujourd’hui, je vous invite à prendre un moment, à prier Dieu le Père, de Lui demander de vous attirer à Lui, de vous faire connaître Sa sollicitude personnelle.

Je médite l’amour de Dieu qui envoie son fils unique pour que je sois sauvé et que je puisse renaître à la vie d’enfant de Dieu que je suis devenu depuis mon baptême.
Méditons aussi sur l’Esprit-Saint. Qui est l’Esprit-Saint dans ma vie. Dimanche dernier, nous avons fêté la Pentecôte : l’Effusion de l’Esprit-Saint sur les Apôtres, et à travers eux, sur chacun de nous au moment de notre baptême. Que signifie pour moi la troisième personne de la Trinité et quelle importance est-ce que je lui accorde ?
M’arrive-t-il de prier personnellement le Saint-Esprit ? ai-je une relation avec l’Esprit-Saint tout comme j’ai une relation avec le Père et le Fils ?

Aujourd’hui, je vais parler à l’Esprit-Saint. Je vais me rappeler les dons que j’ai reçus à mon baptême et à la confirmation. Ces dons sont la sagesse, l’intelligence, le jugement droit, la force, la connaissance, le respect, l’émerveillement et la connaissance de Dieu. Je vais demander de faire vivre en moi ces sept dons.
Je vais aussi prier l’Esprit-Saint de faire grandir abondamment en moi les fruits de l’Esprit-Saint qui sont amour et joie, paix et patience, bonté et douceur, fidélité, bienveillance et maîtrise de soi.

Vous voyez, selon notre relation à Dieu, l’un préfère prier Dieu le Père, l’autre préfère prier Dieu le Fils. Un troisième sera plus proche de Dieu le Saint-Esprit. Mais, nous le savons : peu importe quelle personne nous prions, c’est toute la Trinité que nous prions car c’est le même Dieu.
Les Musulmans nous accusent d’être polythéistes car, selon eux, nous prions trois dieux. Non, comme je le disais au début de l’homélie, nous avons le même Dieu qui se manifeste en trois personnes consubstantielles, c’est à dire de même nature divine.
Ainsi, que nous prions l’une ou l’autre de ces personnes, c’est toute la Trinité que nous prions. L’Esprit-Saint habite en nous depuis notre baptême, mais à travers l’Esprit-Saint, c’est tout le mystère de la Trinité qui est en nous, par l’inhabitation. Vous souvenez-vous du verset de l’Évangile qui redonne les mots de Jésus :

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui… »

Depuis notre baptême, nous avons tous reçu l’Esprit-Saint. Ainsi, nous sommes touts habités aussi par l’Esprit-Saint que par le Fils et le Père. A chaque fois que nous nous adressons à l’une de ces personnes, c’est à toute la Trinité que nous nous adressons, parce que c’est le même Dieu.

Pour conclure, je vous invite à porter dans vos prières vers tous ces Musulmans qui sont en recherche du vrai Dieu d’amour, qui souhaitent être proches de Dieu. Quand j’étais musulman, j’ai toujours voulu être proche de Dieu, depuis mon enfance. Et à chaque fois que j’ai essayé d’être proche de Dieu à travers le Coran, je découvrais des choses qui, au lieu de me rapprochaient m’éloignaient de plus en plus de ce Dieu que je considérais comme mon père depuis mon enfance, Lui dont je voulais être proche.
Je vous confie donc tous ces Musulmans qui sont vraiment en recherche, parce que Dieu a créé une part en nous, dans notre cœur, qui est constamment en recherche d’être proche de Dieu. Qu’ils puissent trouver des personnes qui leur témoignent et leur indiquent le chemin vers l’unique vrai Dieu.

Dans Saint Jean (14,6), Jésus nous dit :

« Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne peut aller vers le Père sans passer par moi… »

Il n’y a que Jésus qui mène à Dieu. Ni Bouddha, ni Krishna, ni Mohamed, ni même Moïse. Nul ne peut mener à Dieu, que Jésus – Lui-même Dieu - venu pour nous sauver en donnant Sa vie pour nous. Il n’y a qu’un seul chemin vers Dieu, c’est le chemin de la Croix de Jésus-Christ. Et c’est à nous de le dire à tous ceux qui essayent de trouver un autre chemin que celui-là. Il n’y a que le salut en Jésus-Christ,

Amen !


Références des lectures du jour :

  • Livre de l’Exode 34,4b-6.8-9.
  • Livre de Daniel 3,52.53.54.55.56.
  • Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 13,11-13.
  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3,16-18 :

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. »