Les manipulateurs, les repérer et s’en protéger

Conférence Spi&spi - Père Pierre-Marie

Comment repérer ces personnalités complexes, dont on parle beaucoup aujourd’hui, et comment réagir concrètement face aux manipulateurs. On confond souvent pervers et narcissique. La perversion est du domaine de la psychanalyse. Il faut distinguer la personnalité perverse de la personnalité narcissique (PN). On peut être l’un sans être l’autre.

Les manipulateurs, les repérer et s’en protéger
Père Pierre-Marie

Ces notes sont issues du livre du Père Pascal Ide « les manipulateurs » aux éditions de l’Emmanuel, 2016

INTRODUCTION

On confond souvent pervers et narcissique. La perversion est du domaine de la psychanalyse. Il faut distinguer la personnalité perverse de la personnalité narcissique (PN). On peut être l’un sans être l’autre. Les pervers ne sont pas tous des narcissiques et inversement. Le pervers aime provoquer de la souffrance la personnalité narcissique en provoque plus par égoïsme que par intention.
Le narcissisme pathologique se dédouble : en plein il est une boursoufflure de l’égo en creux il est un monde sans autre. Si la PN n’est pas au centre elle est nulle part. Elle utilise l’autre pour combler ses manques.
Manipuler veut dire « conduire par la main », manier avec soin (manipuler des produits dangereux). Appliquer au psychisme conduire une personne là où elle ne veut pas. La manipulation est le signe de la maladie : la personnalité narcissique
Il faut faire la distinction entre manipulateurs professionnels (vendeurs de voiture) et relationnels c’est-à-dire pathologiques.
Le missionnaire, ou la personne de conviction, n’est pas manipulateur s’il veut conduire à la vérité qui a une lumière en elle-même. Il cherche à convaincre. Il est manipulateur s’il veut conduire à lui-même dans une attitude narcissique.
La manipulation n’est-elle pas à toute les sauces ? Cela donne 40200 résultats sur Google, pervers 55200, pervers narcissique 35200 autisme 1480. Il y a un phénomène de mode. Le risque de cette conférence c’est de voir tout le monde comme pervers narcissique. Le symptôme n’est pas la maladie. Il faut s’informer car le côté narcissique est caché aux manipulés. Le diagnostic doit être porté par une personne compétente. Pas d’auto diagnostique. Il faut du discernement. Les personnes qui ont été victimes de PN sont plus à même de les repérer. Au début elles ont tendance à en voir partout.

I LES SIGNES D’UNE PERSONNALITE NARCISSIQUE

Comment les reconnaît-on ? Selon les ouvrages on vous propose 7, 10, 20 ou 30 signes pour repérer une PN. Isabelle Nazare Aga a publié dans son livre « les manipulateurs sont parmi nous » une liste de 30 caractéristiques. De façon plus simple on peut distinguer de critères :

Relation à elle-même de la PN

  • A le sentiment d’être exceptionnel, hors du commun
  • Est préoccupé par des ambitions de succès éclatants
  • Très soucieux de son apparence physique et vestimentaire. Entretien le culte de l’esthétisme
  • N’accepte pas sa fragilité, son erreur, son échec. En accuse les autres. Elles n’éprouvent aucune honte et aucun regret comme la personnalité psychopathe ?
  • Il n’a pas d’estime de lui-même. Ils colmatent les brèches en vampirisant les autres.

Relation aux autres de la PN

  • Éprouve peu d’empathie pour les autres mais a une grande capacité à se représenter ce que l’autre vit à l’intérieur de lui-même. Très doué pour percevoir les failles de l’autre.
  • Aime parler de lui ne s’intéresse pas aux autres.
  • Divise le monde entre d’un côté les admirateurs inconditionnels et de l’autre les indifférents qui sont de ennemis potentiels.
  • Il culpabilise les autres sans jamais se remettre en cause. Lui c’est la victime.
  • Éprouve de la colère lorsqu’on ne lui donne pas les privilèges qui lui sont dus.
  • Utilise son intelligence, sa notoriété et son charisme pour exploiter et manipuler afin d’atteindre ses buts.
  • Il mélange les genres spirituel, sexuel, financier … Il est transgressif au plan moral. Pousse le bouchon chaque fois plus loin dans la domination de l’autre. Justifie son action même au plan spi. Elle instrumentalise la parole de Dieu pour justifier ses agirs coupables.
  • Il pratique l’ascenseur émotionnel, joue au yoyo avec votre affect, vos émotions.
  • Il aime qu’on parle de lui en son absence. Il est présent là où on ne l’attend pas mais est absent là où on l’attend. Il aime être la personne dont on parle quand il n’est pas là.
  • Il a beaucoup d’admirateurs mais pas de premier cercle, pas d’authentiques amis. Les relations amicales sont en étoile par rapport à lui sans lien des amis les uns avec les autres. Il interdit même de rencontrer telle ou telle personne si on veut rester son ami.
  • Le pervers est un homme incapable de relations amicales et sentimentales durables.
  • Extrêmement préoccupé de son apparence physique et de l’opinion d’autrui. Il est dans un culte de l’esthétisme. Idéal de perfection jusqu’à la tyrannie, idéal d’infaillibilité et de pouvoir. Il n’a pas d’intériorité et de capacité de revenir à lui-même car il y a un grand vide.
  • La PN est toujours manipulatrice. Il joue sur les mots. Ne termine pas ses phrases, manie le double bind. La double contrainte ne laisse à son interlocuteur aucune bonne alternative. Le cas connu de la maman qui offre à son fils deux cravates bleue et rouge. Il met la rouge. Elle lui dit tu n’aimes pas la bleue. Il met la bleue : tu n’aimes pas la rouge.
  • Il ne respecte pas le territoire de l’autre et mélange s’il est prêtre le fors intérieur et extérieur, te pousse à la confidence et à lui dire des choses intimes sur toi ; confond le vrai et le faux. Pratique la désinformation ou le mensonge qui est juste une manière de tourner les choses. Il déforme les choses à son avantage.
  • Hiatus entre le langage verbal et non verbal : la maman qui dit à son enfant qu’elle l’aime mais montre un visage de colère.
  • Il divise pour régner. Le monde se divise en bons qui lui sont dévoués et méchants qui ne l’acceptent pas ou le remettent en cause. Bipartition manichéenne.
  • Incapable de se remettre en question. Cela mettrait son ego en péril. S’il y a une erreur ou un échec c’est lui la victime.
  • Il voit en chacun, comme le vaniteux du petit prince, un admirateur en puissance. Il balaie du regard l’assemblée en quête d’approbation. « Ah voilà de la visite s’écria le vaniteux au petit prince ».

II LES FORMES DE PN

Du moins au plus apparents.
Il y a les sympathiques, l’altruiste, le cultivé, le timide, le dictateur. Ils sont répartis selon le triangle de Karpamn : bourreau, victime, sauveur.
Sympathique est le plus fréquent et le plus dangereux. Il obtient tout de son entourage par le sourire sans aucune gratitude. Extraverti, amusant, serviable, flatteur, prend de la place, séducteur, charmeur,
Le pseudo compassionnel ou l’altruiste utilise la souffrance des autres pour se montrer sauveteur davantage propre au monde chrétien.
Le cultivé : Il cherche à étaler ses connaissances et non pas à les partager. Utilise son savoir en vue d’avoir un pouvoir. Il brille mais il n’éclaire pas.
Le timide.
Le dictateur. Ex dans une communauté le supérieur dit : les statuts de la communauté je m’assieds dessus ou le charisme c’est moi.

III L’APPROCHE DE LA VICTIME PAR LA PN

Il procède en deux temps. Tout d’abord il séduit au sens littéral conduire à soi et met l’autre sous emprise. Paul Claude Racamier parle de décervelage. Il y a qu’un pas de l‘admiration à la soumission.
Deuxième temps quand l’autre est dépendant alors la PN commence une forme d’harcèlement, de culpabilisation.
La détection des PN est difficiles car elles ne consultent pas. On voit chez les psy leurs victimes.

Par ailleurs elles présentent toujours la partie lumineuse de leur personnalité. À l’extérieur mon mari est l’homme idéal mes parents l’adorent. À l’intérieur c’est un véritable tyran destructeur.

IV DU CÔTÉ DE LA VICTIME

IL y a des profils qui favorisent la manipulation. Inversement plus une personne est guérie, unifiée, en prise avec ce qu’elle ressent moins elle donne prise à PN.
Les victimes sont des personnes généreuses, aimables, spontanément confiantes voire naïves, manquant de confiance en soi, en recherche d’une relation structurante. Protectrice, trop empathique, tendance à être sauveteuse, renonce à son jugement trop souvent, accepte d’être critiquée et se remet en cause trop souvent.
La personne est sous emprise isolée des autres, bâillonnée. Elle bénéficie de traitement de faveur ou en faisant rentrer la personne dans un conflit de loyauté. Pour en sortir et libérer la parole il faut des personnes extérieures qui ont fait le chemin de la guérison.
La victime n’est pas responsable de la violence que la PN a exercée sur elle. En revanche elle est responsable d’elle-même. Il est bon en sortant d’une relation toxique de se demander pourquoi je suis tombé dans ce piège. Ai-je reçu des signaux que je n’ai pas écouté ?

V COMMENT AGIR AVEC LES PN

Une fois la PN repérée et confirmée par une personne compétente il y a des choses à faire et à ne pas faire

Les choses à éviter

  • Éviter de se mettre en avant
  • Ne pas humilier la PN
  • Éviter l’opposition systématique
  • Éviter de vous confier à elle
  • Eviter d’attendre la réciproque, une gratitude
  • Ne pas montrer à la PN que vous êtes affecté par son attitude
  • Ne répondez jamais aux demandes floues

Les choses à faire

  • Désamorcer les manipulations, anticiper quand la PN vous appelle. Sortir du double bind ie de l’injonction contradictoire. Passer en position basse « je ne comprends pas »
  • Veillez à ménager votre amour propre
  • Affrontez la PN que si vous êtes absolument sûr de votre fait en étant très précis
  • Ayez toujours une personne ressource à qui confier votre souffrance
  • Faire le deuil d’une communication parfaite et parfois d’une amitié ou d’un amour
  • Apprendre les attitudes contre manipulatrices
  • Prendre du recul par rapport aux flatteries
  • Apprenez à vous affirmer et donc à dire non
  • S’unir avec d’autres face au responsable manipulateur
  • Stoppez les systèmes aliénants en cessant les fausses obligations, les fausses loyauté